« Mario Kart Live » : A 200 km/h sur l’autoroute du salon et du fun

JEU VIDEO Avec « Mario Kart Live : Home Circuit » disponible sur Switch, Nintendo veut réunir le meilleur des mondes, le jeu et le jouet, le virtuel et le réel, et bim un pied de chaise 

V. J.
— 
« Mario Kart Live : Home Circuit » transforme votre salon en circuit, et c'est un joyeux bordel
« Mario Kart Live : Home Circuit » transforme votre salon en circuit, et c'est un joyeux bordel — Nintendo

Nintendo ne lâche jamais l’affaire. Après l’échec de sa première console hybride Wii U, il est revenu à la charge avec la Switch​, et avec le succès : plus de 60 millions de machines vendues à ce jour, plus que la Super Nintendo, la GameCube ou la Nintendo 64.

Si le Mario Kart Live est avant tout un jeu Mario Kart et un cadeau pour les 35 ans de Super Mario, il résonne aussi comme une réponse au Nintendo Labo (et ses jeux en carton, dans tous les sens du terme) et à ses Amiibo (dont le succès s’émousse ses dernières années). C’est dans son ADN, aujourd’hui entreprise de jeux vidéo mais historiquement de jouets, Nintendo cherche à réunir le meilleur des mondes, réel et virtuel.

Comme à la maison

De ce point de vue, Mario Kart Live : Home Circuit est une réussite, dont le principal challenge sera de ne pas manquer de fuel et d’idées pour tenir la distance et éviter la sortie de route (c’est parti pour la métaphore filée… ou pas). Une fois le jouet acheté (100€ quand même) et le jeu téléchargé (gratuit quand même), vous êtes prêt pour la course. Ou plutôt l’exploration. Car il faut bien avouer que les premières minutes au volant de votre kart (Mario ou Luigi) sont consacrées à explorer votre appartement ou maison. Il ne s’agit que d’une voiture téléguidée avec une caméra embarquée, et pourtant il y a déjà un début d’emprise sur le réel et donc une promesse de jeu. C’est aussi que le jouet, ni trop petit ni trop grand, est de qualité, de même que la caméra.

Après avoir slalomé entre les pieds de la table à manger, poursuivi le chat et fait coucou à la caméra, vous êtes enfin prêt à vous lancer sur les circuits, et à les construire. Quatre portiques en carton sont fournis et permettent de baliser vos pistes, dont le tracé se fait à l’aide du kart et de peinture… virtuelle, pas d’inquiétude. Les circuits sont libres, seulement limités par la distance et la connexion Wifi, et vous pouvez y ajouter des objets physiques mais aussi et surtout virtuels. Grâce à la réalité augmentée, les champignons, peaux de banane et autres carapaces (bleues !) sont de la partie.

Chaussure is the limit

Les joueurs et joueuses retrouveront ainsi les sensations de Mario Kart. Un peu. Le plus surprenant (et important ?) est la vitesse, car dès que les cylindres augmentent, la vitesse aussi, et en 200cc, il faut garder le contrôle du kart pour ne pas le planter dans le mur, ou dans une chaussure (on fait avec ce qu’on a). C’est l’une des premières limites de ce Mario Kart Live : l’espace. Il faut de la place pour en profiter au maximum. L’autre limite est aussi une question de place, celle de votre imagination.

Car après avoir improvisé quelques circuits simplistes pour tâter au plus vite de l’asphalte (du carrelage), il faut vraiment prendre le temps de créer des parcours originaux. Et on est bien sûr encore loin des « vrais » circuits de Mario Kart 8 Deluxe. De même, les autres coureurs sont là (virtuellement) sans être là (physiquement) et s’ils influent sur votre course, ce n’est pas pareil. Mais ce n’est pas grave, le fun et le potentiel sont là, surtout lorsque l’on sait que Mario Kart Live est jouable jusqu’à quatre en local. Faut juste déménager.