Une enquête ouverte après un spectacle de Dieudonné en Meurthe-et-Moselle

CORONAVIRUS « Le lieu d'accueil n'est pas une salle de spectacle et ne permet pas d'assurer le protocole sanitaire », indique-t-on à la préfecture de Meurthe-et-Moselle. Et sur les 300 à 400 spectateurs, à peine la moitié était masquée selon un élu local

20 Minutes avec AFP

— 

Dieudonné M'Bala M'Bala, le 26 mars 2019 à Paris.
Dieudonné M'Bala M'Bala, le 26 mars 2019 à Paris. — KENZO TRIBOUILLARD / AFP

Une enquête de gendarmerie a été diligentée après un spectacle en Meurthe-et-Moselle de l'humoriste controversé Dieudonné, qui a rassemblé plusieurs centaines de personnes dont beaucoup n'étaient pas masquées, a-t-on appris dimanche sources concordantes.

Le spectacle s'est tenu vendredi soir dans l'ancienne scierie de la commune de Favières, a indiqué à l'AFP Valérie Hoffmann, la maire de ce village d'environ 600 habitants, situé dans le sud du département.

«Environ 300 à 400 personnes», dont à peine «la moitié était masquée»

Précisant avoir été alertée par ses adjoints, chez qui ceux qui désiraient savoir où était organisé le spectacle s'étaient rendus, elle a constaté qu'il y avait dans la scierie «environ 300 à 400 personnes», dont à peine «la moitié était masquée».

«Les gendarmes sont venus en nombre et ils ont fait des contrôles», a-t-elle ajouté. «Une enquête de gendarmerie va être ouverte», a-t-on par ailleurs indiqué auprès de la préfecture de Meurthe-et-Moselle.

Rassemblement hors cadre

«Le rassemblement était hors cadre. Le lieu d'accueil n'est pas une salle de spectacle et ne permet pas d'assurer le protocole sanitaire. Nous allons étudier quelles sont les voies légales pour verbaliser», a précisé Marie Cornet, directrice de cabinet du préfet de Meurthe-et-Moselle au quotidien régional Le Républicain Lorrain.

Selon le journal, les gendarmes ont déployé un dispositif de régulation des flux et de contrôles d'alcoolémie à l'issue du spectacle.

Habitué des tribunaux, Dieudonné a été plusieurs fois condamné par la justice pour ses propos haineux. Sa dernière condamnation date du 10 septembre : il avait écopé de 10.000 euros d'amende pour des propos racistes tenus en juin 2017 lors de son spectacle le «bal des quenelles».