Cessons de combattre les anglicismes, ils sont de notre famille après tout

FRANCOPHONIE Chaque jour, « 20 Minutes » vous conseille une vidéo réalisée par son partenaire Brut

B.Ch.

— 

Drapeau anglais (illustration)
Drapeau anglais (illustration) — GILE MICHEL/SIPA

L’anglais et le français sont des langues cousines. La linguiste Julie Neveux le clame haut et fort dans son dernier livre, Je parle comme je suis, il est un peu ridicule de  lutter contre les anglicismes.

« C’est comme si à une réunion de famille vous étiez furieux de vous apercevoir que vos cousins vous ressemblent », rigole Julie Neveux. La linguiste plaide pour les anglicismes pour deux raisons. D’abord parce que c’est le sens de l’histoire de voir des langues s’emprunter des mots. « La moitié du lexique anglophone vient de la langue française », rappelle-t-elle.

Ensuite parce que les anglicismes apportent toujours un autre sens au mot français auquel il se substitue, même si c’est subtil. Par exemple, « date », « crush » ou « like » ne peuvent pas se traduire par rendez-vous, coup de cœur ou aimé.

Julie Neveux explique tout cela dans la vidéo de notre partenaire, Brut.