Journées du patrimoine : Au lycée autogéré de Paris, portes ouvertes sur « l’éducation alternative »

EDUCATION Fondé en 1982, le LAP – lycée autogéré de Paris – modèle unique dans la région, ouvre ses portes au public à l’occasion des Journées du patrimoine 2020

Romain Lescurieux

— 

Le lycée autogéré de Paris situé 393 rue de Vaugirard, dans le 15e arrondissement.
Le lycée autogéré de Paris situé 393 rue de Vaugirard, dans le 15e arrondissement. — SIMON ISABELLE/SIPA
  • Ce week-end, à l'occasion des Journées du patrimoine, le lycée autogéré de Paris (LAP) situé dans le 15e, ouvre ses portes pour la première fois au public. 
  • Actuellement, près de 280 élèves y sont scolarisés entre autonomie, créativité, liberté et engagement.
  • « Ces Journées du patrimoine sont pour nous un moyen de montrer l’importance de ce lieu dans le paysage éducatif actuel », explique Emmanuelle, enseignante de français et de théâtre depuis 25 ans au LAP. 

« L’autogestion comme solution », affiche fièrement le LAP, l’acronyme pour Lycée autogéré de Paris. Ici pas de notes, pas de redoublements, pas de surveillants, pas de proviseur. L’établissement situé dans le 15e arrondissement, fantasmé depuis des décennies par des générations successives de jeunes Parisiens et Franciliens, ouvre pour la première fois ses portes au public, à l’occasion des Journées du patrimoine qui se tiennent samedi et dimanche.

Une entrée libre et sans inscriptions qui permettra aux curieux de découvrir simultanément un bâtiment historique de la capitale et un modèle pédagogique alternatif, alors que le ministère de la Culture, a décidé de placer ces Journées du patrimoine 2020, sous le signe de l’éducation :« Patrimoine et éducation : apprendre pour la vie ! »

« Le lycée autogéré de Paris occupe un ancien collège de Paris fondé par les Jésuites au 19e siècle. L’exposition présente l’historique du bâtiment mais aussi des lieux d’éducation alternative », indique sommairement le ministère de la Culture sur son site. Actuellement, près de 280 élèves y sont scolarisés entre autonomie, créativité, liberté et engagement. « C’est un lieu qui mérite d’être visité », se réjouit auprès de 20 Minutes, Emmanuelle, enseignante de français et de théâtre depuis vingt-cinq ans au LAP.

« A contre-courant »

Fondé en 1982, sous le ministre de l’Education nationale, Alain Savary, le LAP est un établissement unique en Ile-de-France qui fait partie, avec les lycées de Saint-Nazaire, Oléron et Hérouville des quatre lycées expérimentaux créés à cette époque. Dans leurs couloirs, depuis bientôt quarante ans, élèves et professeurs sont chargés ensemble de la gestion de l’établissement. Le collectif prime sur l’autorité, l’autonomie sur l’obligation. « Tous les membres du Lycée autogéré de Paris participent aux actions et aux décisions qui se rapportent à la vie de notre établissement », soulignent-ils. Ici, le principe de libre fréquentation est de mise.

« Comme son nom l’indique, nous fonctionnons toujours en autogestion. Il n’y a aucun chef et les élèves et les enseignants sont volontaires pour faire fonctionner le lieu », résume Emmanuelle. Et ce, avec des élèves aux parcours et aux profils différents. « Les élèves viennent de toute la France, car nous ne sommes pas soumis à la carte scolaire. Ils viennent souvent ici parce qu’on ne veut plus d’eux ailleurs, parce que certains sont déscolarisés, ont eu des accidents de parcours, des fragilités, des conflits avec l’institution. Nous, on ne regarde pas le dossier », insiste-t-elle. Comme elle, ils sont d’ailleurs 24 profs au LAP.

Côté méthode : aucune note n’est donnée non plus dans cet établissement public alternatif. « Il y a des évaluations formatives et non sommatives », ajoute-t-elle précisant que les élèves développent aussi beaucoup d’activités, de projets artistiques, de musique, de théâtre, d’arts plastiques, de cinéma. « On insiste sur l’engagement, le faire ensemble. Ce qui n’est pas franchement dans l’ère du temps, voire à contre-courant, mais nous souhaitons préserver cela », assure Emmanuelle. Car au LAP, il y a un temps pour tout et notamment un temps pour le combat et la mobilisation.

Une rentrée de combats

« Depuis la rentrée, on bataille », embraye très vite Emmanuelle. Depuis cette rentrée 2020, le LAP est en effet mobilisé sur plusieurs fronts. Elèves et enseignants ont notamment organisé un rassemblement ce mercredi devant le rectorat de Créteil pour défendre l’affectation d’un professeur vers l’académie de Paris lui permettant ainsi d’enseigner au LAP, ce qui lui est pour le moment refusé par les autorités. En parallèle, tous se battent également contre la suppression de onze heures d’enseignement décrété par le rectorat. Car le LAP, c’est aussi une question de survie quotidienne.

« Ouvrir nos portes, se faire connaître, c’est important car on a du mal à se faire entendre. Nous existons depuis bientôt quarante ans et nous sommes parfois attaqués sur notre fonctionnement, nos spécificités et nous aimerions être un peu plus protégés », détaille Emmanuelle. Et de préciser : « Ces Journées du patrimoine sont en tout cas pour nous un moyen de montrer l’importance de ce lieu dans le paysage éducatif actuel ».

Lycée autogéré de Paris 393, rue de Vaugirard 75015 Paris. Horaires : samedi de 10 heures à 18 heures et dimanche de 10 heures à 17 heures. Gratuit.