Décès d'Annie Cordy: «Quand je n’avais pas le moral, il me suffisait d’écouter ses chansons», les fans veillent la chanteuse à Cannes

SOUVENIR Le public est invité a venir se recueillir sur le cercueil de l'artiste jusqu'à vendredi

Fabien Binacchi

— 

Un agent de sécurité laisse le public s'approcher du cercueil d'Annie Cordy par petits groupes à l'athanée de Cannes, le mardi 8 septembre 2020
Un agent de sécurité laisse le public s'approcher du cercueil d'Annie Cordy par petits groupes à l'athanée de Cannes, le mardi 8 septembre 2020 — F. Binacchi / ANP / 20 Minutes
  • La chanteuse et comédienne Annie Cordy est décédée vendredi près de Cannes, à l’âge de 92 ans.
  • Depuis ce mardi et jusqu’à vendredi, veille des obsèques de l’artiste belge, le public peut venir se recueillir sur son cercueil.

Dans la grande salle « Croisette » de l’athanée de Cannes, un fan vient juste de déposer un énorme bouquet. Agrafée à la composition, une feuille A4 est griffonnée de feutre orange : « A notre tata Yoyo, la bonne du curé. On ne t’oubliera jamais. » Depuis ce mardi matin, le public a la possibilité de se recueillir sur le cercueil d’Annie Cordy,décédée vendredi à l’âge de 92 ans dans la ville voisine de Vallauris où elle résidait.

Pierre, 52 ans, a fait le déplacement de Nice exprès pour rendre hommage à cette femme « généreuse et très humaine », qui « donnait tout à son public pendant les concerts ». Fan de la première heure, l’agent de sécurité est allé un première fois près de la dépouille de la baronne Léonia Cooreman, le vrai nom de la chanteuse belge avant d’y retourner quelques minutes plus tard, un bouquet de lys roses sous le coude. Le petit carton attaché aux fleurs est adressé à son « amie ». « Annie Cordy était l’amie de tout le monde », dit-il.

Pierre, 52 ans, est venu de Nice pour rendre hommage à Annie Cordy
Pierre, 52 ans, est venu de Nice pour rendre hommage à Annie Cordy - F. Binacchi / ANP / 20 Minutes

« On a perdu une très grande dame de la chanson »

« Elle appartient au public », a reconnu auprès de l’AFP Michèle Lebon et c’est d’ailleurs pour cela que la nièce de l’artiste a souhaité organiser cette veillée jusqu’à vendredi. « Chacun peut ainsi rendre hommage à Annie qui aimait le public », dit-elle. Mardi après-midi, une poignée de petits groupes s’était déjà rendue à la maison funéraire, où l’on recevait toute la journée « beaucoup d’appels pour connaître les modalités de visites ».

Des visites parfois… de très loin. Pierre 73 ans, a débarqué lundi soir de Paris pour assister aux obsèques de la Belge, Azuréenne d’adoption. « On a perdu une très grande dame de la chanson qu’on avait, il est vrai, un peu oubliée ces temps-ci », explique cet ancien cadre de la grande distribution ému derrière un masque noir, habillé d’un polo et d’un short également noirs.

« Elle sera désormais la curé du bon Dieu »

C’est pourtant la « joie de vivre qu’Annie Cordy transmettait » que beaucoup sont venus saluer ce mardi à Cannes. « Quand je n’avais pas le moral, il me suffisait d’écouter ses chansons et j’étais de nouveau gai », raconte Jean, du Cannet, également en retraite. « Elle était la bonne du curé, elle sera désormais celle du bon Dieu », sourit-il.

Tous ont également prévu de participer à la cérémonie qui sera organisée en plein air sur la butte de Saint-Cassien, un écrin de verdure qui surplombe l’aéroport de Cannes, samedi à 15 h. L’inhumation de la chanteuse et comédienne suivra au cimetière de L’Abadie, au nord-ouest de la cité des festivals.