Les replays de la semaine : « Je veux juste en finir » sur Netflix… La grosse frayeur de Mike Horn…

A LA DEMANDE Replay, SVOD, streaming, podcast… « 20 Minutes » vous donne ses conseils vidéo et audio de la semaine

F.R.

— 

(De g. à dr.) Jesse Plemons, Jessie Buckley, Toni Collette et David Thewlis dans le film Je veux juste en finir.
(De g. à dr.) Jesse Plemons, Jessie Buckley, Toni Collette et David Thewlis dans le film Je veux juste en finir. — Mary Cybulski/NETFLIX

Il n’y a pas que le direct dans la vie, il y a aussi le replay. De YouTube à Netflix en passant les replays des chaînes de télévision et les podcasts des stations de radio, 20 Minutes vous concocte chaque dimanche une liste de choses à voir, ou revoir, à écouter ou réécouter.

Retour sur les contenus de la semaine du 30 août au 6 septembre 2020

L’étrange et cérébral « Je veux juste en finir » sur Netflix

Un couple se rend, un soir d’hiver, chez les parents du jeune homme pour officialiser la relation. Ainsi commence Je veux juste en finir, mis en ligne sur Netflix vendredi. L’intrigue, au point de départ a priori banal, prend assez vite la direction de l’étrangeté. Ce n’est pas vraiment une surprise si l’on est familier du travail de scénariste (Dans la peau de John Malkovitch, Eternal Sunshine of The Spotless Mind…) et réalisateur (Synecdoche New York, Anomalisa) de Charlie Kaufman qui réalise ici son troisième long-métrage. Le résultat, loin d’être consensuel, braquera celles et ceux qui ne jurent que par l’action, mais les autres, qui auront accepté de se laisser égarer dans ce film sensible et cérébral, céderont sans doute à l’émotion qu’il procure.

La chasse au trésor de « Dispatches From Elsewhere » sur Amazon
Mise en ligne sur Amazon cet été en toute discrétion, Dispatches From Elsewhere mériterait de faire davantage parler d’elle. Créée par Jason Segel – Marshall dans How I Met Your Mother – qui joue également l’un des rôles principaux au côté de Sally Field, cette série se situe au croisement du Fabuleux destin d’Amélie Poulain et de The OA. Soit l’histoire d’une espèce de chasse au trésor dans les rues de Philadelphie, saupoudrée de mystère et de métaphysique. Là encore, les dix épisodes ont tout pour cliver, mais c’est assurément l’une des séries les plus originales que vous verrez cette année.

La grosse frayeur de Mike Horn

« C’est plus sûr de voir des glaçons dans ton gin-tonic, que de voir des glaçons qui tombent sur ta gueule dans l’Arctique. » Cette remarque philosophique est signée Mike Horn qui a mis en ligne vendredi sur YouTube la vidéo d’une séance d’escalade qui a mal tourné. L’explorateur avait entrepris, avec son acolyte Fred Roux, de grimper sur un iceberg, mais ce dernier s’est retourné et les a fait chuter.

Plus de peur que de mal, alors que les choses auraient pu finir beaucoup plus tragiquement. « Heureusement, quand l’iceberg a tourné, cela a formé une vague », qui a pris les deux aventuriers et les a sauvés, explique Mike Horn. S’il a posté ces images, s’est dit-il, pour mettre en garde ceux qui seraient tentés de l’imiter : « Cette vidéo est une leçon sur ce qu’il ne faut pas faire dans l’Arctique plutôt qu’une incitation à faire la même chose : c’est une connerie. Quand tu veux vivre longtemps, il ne faut pas faire de connerie. » Message reçu, on reste dans notre canapé.

L’intégrale de « The Killing » sur Arte.tv

Cet été, Arte a rediffusé les trois saisons de The Killing. Cette série danoise lancée en 2007 est inratable pour quiconque est fan de thrillers : elle est un classique du genre, d’ailleurs, elle a eu droit à un remake américain. Si vous ne la connaissez pas, courez regarder Sarah Lund mener l’enquête dans les rues glacées de Copenhague. L’intégralité des épisodes est disponible sur arte.tv. Octobre, le premier roman policier signé Søren Sveistrup, le créateur de The Killing, vient de sortir en poche. Les personnages sont différents de ceux de la série, mais, au fil des pages, vous retrouverez l’ambiance si particulière de la fiction.