C. S. Quill a d'abord écrit dans le plus grand secret.
C. S. Quill a d'abord écrit dans le plus grand secret. — Éditions Hugo Publishing

LITTERATURE

New Romance : « Au début, je n’en parlais à personne, c’était très secret », confie C. S. Quill, une des stars du genre

« 20 Minutes » a rencontré l’auteure niçoise C.S. Quill, star de la New Romance, à l’occasion de la sortie de son nouveau livre « Campus drivers - Supermad »

  • Depuis 2013 et le succès de Cinquante Nuances de Grey, la New Romance connaît un énorme succès.
  • Auteure niçoise, C. S. Quill a publié, en quatre ans, trois séries d’ouvrages ainsi qu’un roman.
  • Ce jeudi, elle dévoile le premier tome de sa nouvelle trilogie Campus drivers - Supermad.

« L’écriture au début j’en parlais à personne, c’était très secret », raconte Camille. Désormais, décrite comme une « star » de la New Romance dans la presse, celle qui signe ses romans C. S. Quill a commencé en répondant à un concours sur la plateforme d’écriture Flixya. « J’ai tenté. Je n’avais aucune idée des codes. Je n’ai pas gagné, mais j’ai été un coup de cœur du concours. » Des lecteurs la sollicitent alors pour qu’elle poursuive ses chapitres. Aujourd’hui publiée chez Hugo Roman, la jeune femme en est à sa troisième série de romans.

« Pendant longtemps j’ai eu besoin d’écrire à l’étranger. Ça me faisait rêver », explique cette auteure niçoise. Son nouveau livre, premier tome d’une série de trois romans, se déroule outre Atlantique. Il sort ce jeudi en librairie et en ligne.​ Campus Drivers – Supermad met en scène quatre amis qui s’improvisent chauffeurs pour les étudiants de leur campus américain. Parmi eux, Lane O’Neil fait la connaissance de Lois Hogan qui vient de se faire quitter par son petit ami… Les ingrédients parfaits de ce courant littéraire qui fait fureur depuis 2013 et le succès de Cinquante Nuances de Grey. En 2017, il représentait 13 % des ventes totales de livres en France.

« J’ai plus de facilité à l’écrit »

Pour Camille, 32 ans, écrire a toujours été une passion. « Je suis quelqu’un qui parle vite, je mange la moitié de mes mots, donc j’ai plus de facilité à livrer des choses à l’écrit », confie-t-elle.

« Plus jeune, je ne lisais que du fantastique, puis je me suis tournée vers du fantastique romantique. » Et c’est par hasard, en surfant sur un blog, qu’elle découvre la New Romance : « Ça traite de problématiques actuelles. On parle des personnages qui ont vécu des choses, pas forcément ultra-dramatiques, et la progression mène vers une fin heureuse. Ça va plus loin que le patron riche et l’employée naïve. »

« Pendant le confinement j’écrivais juste un peu le soir »

A côté, l’auteure continue de travailler. « J’ai besoin d’avoir des interactions autour de moi pour peaufiner la psychologie de mes personnages », explique celle qui est en poste aux services sociaux des Alpes-Maritimes. « Pendant le confinement on a été très mobilisés. J’ai travaillé tout le long. J’écrivais juste un peu le soir. »

Ce qui ne l’a pas empêché de préparer sa série Campus Driver disponible dès jeudi. Une manière de patienter avant de pouvoir rencontrer l’auteure qui devait être présente pour le Festival de la New Romance fin septembre à l’Acropolis de Nice, qui vient d’être annulé.