Gisèle Halimi au Panthéon ? C’est ce que demandent deux pétitions

FEMINISME Une pétition lancée ce jeudi pour la panthéonisation de l’avocate féministe Gisèle Halimi a récolté plus de 1.000 signatures en quelques heures, après une première initiative en juillet

A.L. avec AFP

— 

L'avocate, militante feministe et politique française d'origine tunisienne, Gisèle Halimi sur le plateau de l'emission télévisée
L'avocate, militante feministe et politique française d'origine tunisienne, Gisèle Halimi sur le plateau de l'emission télévisée — IBO/SIPA

Les hommages, et bientôt la panthéonisation ? Après la mort de l’avocate féministe Gisèle Halimi, plusieurs pétitions demandent qu’elle entre au Panthéon. C’est le cas notamment d’un texte lancé ce jeudi qui a récolté en quelques heures plus de 1.000 signatures.

Lancée par Louise Dubray, une psychologue qui travaille pour l’association de lutte contre les violences faites aux femmes Womensafe, la pétition exige « un hommage décent à celle qui a tant fait pour notre pays, pour la cause des femmes, pour celle des homosexuel-le-s et contre le colonialisme ».

Pour contribuer à la parité

« Une entrée au Panthéon, façon d’honorer les héroïnes de la Patrie, ce qu’elle est, nous semble un acte symbolique suffisamment fort pour honorer à sa juste valeur la mémoire de Gisèle Halimi », argumente la pétition, qui regrette que l’hommage symbolique du Président de la République ne se soit « limité à un tweet » ainsi que « la chaise vide » du ministre de la Justice, Eric Dupond-Moretti.

Une autre pétition lancée en juillet sur petitions.fr argue qu’« inhumer une sixième femme au Panthéon parmi les soixante-quinze hommes qui y reposent, c’est aussi contribuer largement à la parité dans la politique mémorielle de la France ». Elle a récolté plus de 700 signatures. Une association franco-tunisienne a par ailleurs procédé à la même requête dans une lettre adressée à Emmanuel Macron et dévoilée par l’AFP mi-août.

Après Simone Veil

Situé au cœur de Paris, le Panthéon accueille les héros et héroïnes de l’Histoire de France. La dernière femme à y entrer a été Simone Veil en 2018.

Née à La Goulette, près de Tunis, Gisèle Halimi, inlassable combattante pour la cause des femmes et le droit à l’avortement et figure de la cause anticoloniale, s'est éteinte le 28 juillet à Paris, à l’âge de 93 ans.