Neil Young se plaint (à nouveau) que Trump utilise sa musique

« NOT OK » Le rockeur américano-canadien Neil Young a accusé le président américain d’avoir utilisé sa chanson « Rockin' In The Free World »

A.L.

— 

Neil Young en septembre 2019.
Neil Young en septembre 2019. — Rebecca Cabage/AP/SIPA

Pour Neil Young, c’est encore non. La star du rock refuse à nouveau que sa musique soit utilisée dans un évènement lié à Donald Trump.

Le compte Twitter « Neil Young Archives » a retweeté une vidéo montrant la chanson Rockin’in the Free World jouée lors d’un meeting du président américain à Mount Rushmore. « Cela ne me va PAS », écrit le compte, avec la négation en lettres capitales :

Utilisation répétée

Ce n’est pas la première fois que Neil Young s’insurge contre l’utilisation de sa musique par Donald Trump. En 2015 déjà le président américain s’était permis d’utiliser son titre Rockin' In The Free World pour annoncer sa candidature. Il a récidivé en 2018, suscitant cette réponse du musicien : « DT n’a pas ma permission pour utiliser Rockin' In The Free World. Légalement, il a le droit de le faire, mais ça va à l’encontre de ce que je souhaite. »

Adele, R.E.M, les Rolling Stones, Queen… De nombreux artistes ont eux aussi dénoncé l’usage de leurs œuvres pendant les rassemblements républicains.

Dans un autre tweet posté une minute plus tard, le compte lié à Neil Young a aussi exprimé sa solidarité avec les Sioux Lakota, qui vivent dans les Black Hills, où le Mont Rushmore a été sculpté. Là ont été érigés les visages de quatre présidents américains, George Washington, Thomas Jefferson, Theodore Roosevelt et Abraham Lincoln, en pleine terre sacrée amérindienne, ce qui est considéré comme un affront pour eux.