Comment l’artiste Ganbrood a-t-il obtenu une photo de Jésus ?

POST-PHOTOGRAPHIE Sur ses comptes Instagram et Twitter, Bas Uterwijk, de son vrai nom, dévoile des photos incroyables de Jésus, Van Gogh, la statue de la liberté…

Laure Beaudonnet

— 

Deux représentations de Jésus faite à partir d'un logiciel d'intelligence artificielle
Deux représentations de Jésus faite à partir d'un logiciel d'intelligence artificielle — Bas Uterwijk
  • Le compte Twitter Ganbrood a généré des images photoréalistes de personnages de l’histoire dont on ne connaît pas le visage.
  • Jésus, Rembrandt, Van Gogh, la statue de la liberté… Le logiciel Art Breeder a généré des visages à partir de représentations que l’art a faites dans l'histoire.

On connaît enfin la tête de Jésus, de Van Gogh ou de la Statue de la liberté. Le post-photographe Ganbrood, Bas Uterwijk de son vrai nom, a commencé ce travail artistique il y a un an environ, et la crise sanitaire du coronavirus lui a permis de dégager du temps pour développer ce projet. En se baladant sur les comptes Instagram et Twitter de cet artiste, on se demande comment il est parvenu à obtenir une photographie de Jésus.

Arrêtons de vous mener en bateau, il n’a pas dégoté ces images entre deux stands d’une braderie. Il les a créées à l’aide d’un logiciel d'intelligence artificielle en ligne nommé Art Breeder qui génère des images photoréalistes à partir de plusieurs images, un peu sur le même principe que This person doesn't exist [traduction : cette personne n’existe pas]. Tout a commencé par une photo endommagée du célèbre hors-la-loi du Wild West américain Billy the Kid. Il existe une seule image authentique de ce personnage.

Une seule photo officielle de Van Gogh

« J’étais très surpris de voir qu’Art Breeder a ignoré les dégâts de la photo d’origine, explique-t-il. Il a recréé le visage en ignorant toutes les imperfections ». Sur la photo originale, on distingue à peine les traits du bandit, ses yeux ne sont pas visibles. Une fois passé à la moulinette du logiciel d’IA, sa figure est beaucoup plus limpide.

« Ça m’a donné l’idée de prendre des photos de peintures, de sculptures, de personnages qui ont été représentés dans l’art mais dont on n’a pas de portrait, pour voir comment l’algorithme serait capable de générer un visage à partir de plusieurs modèles différents ». Ainsi découvre-t-on les traits de la Statue de la liberté, de la statue de David et de tout un tas de figures de l’histoire…

« Comme je suis néerlandais, je voulais vraiment travailler sur les portraits de Rembrandt et de Van Gogh », souligne Bas Uterwijk. Première difficulté : la seule photo authentique de Van Gogh date de ses 19 ans. A cette époque, il n’a même pas encore de barbe. Autre difficulté : d’un autoportrait à un autre, il n’a pas le même visage parce que, lorsque Van Gogh se peignait, il peignait ce qu’il ressentait, son état émotionnel, et non ce qu’il voyait. « Je me suis dit que si je mettais 10 ou 20 différents tableaux, je pourrais avoir quelque chose d’intéressant », raconte Bas Uterwijk qui a passé deux semaines à plein temps sur la photo de Van Gogh avant d’arriver à un résultat satisfaisant.

Jésus aux cheveux courts

Assez naturellement, Bas Uterwijk s’est penché sur le cas de Jésus, l’une des figures les plus représentée dans la culture judéo-chrétienne. « Pour l’une des images, j’ai ajouté un peu de vérité historique, explique-t-il. Sur l’une des trois versions, Jésus a les cheveux plus courts car les historiens ne croient pas qu’à cette époque, dans la région de Galilée, en Israël, un homme ait pu avoir les cheveux si longs ». Dans l’iconographie chrétienne, le prophète est représenté avec des cheveux longs, une peau laiteuse, des membres longs et maigres.

Sémite, Jésus avait sans doute plutôt le teint mat et les cheveux courts et très foncés. « Parfois j’essaie d’être aussi réaliste que possible et parfois j’essaie de donner une représentation de la façon dont on perçoit un personnage de l’histoire », conclut le photographe. Si on ne pourra jamais savoir si ces images sont proches de la réalité, elles expriment quelque chose de notre vision de ces personnages historiques et culturels.

Avec Google Art Project visitez virtuellement les plus grands musées du monde