« True Story » : Les YouTubeurs sortent de leur studio et font accoucher les stars d'étranges confessions

CONFESSIONS INTIMES Amazon Prime Video sort ce vendredi un nouveau programme incarné par six YouTubeurs français

Clément Rodriguez

— 

Cyprien, Norman, Natoo, Ludovik, McFly et Carlito dans « True Story »
Cyprien, Norman, Natoo, Ludovik, McFly et Carlito dans « True Story » — Amazon Prime Video/Warner/Webedia
  • Amazon Prime Video sort ce vendredi sa nouvelle série originale, True Story. Le pitch ? Des célébrités du monde du cinéma, de la télévision ou de la chanson font face à des stars françaises de YouTube, à qui ils relatent une anecdote.
  • La particularité du programme réside dans la façon de mettre en scène les histoires, jouées ensuite par des comédiens.
  • Cyprien Iov, Norman Thavaud, McFly et Carlito expliquent à 20 Minutes pourquoi ils ont accepté de participer à ce projet.

Des anecdotes, on en a souvent plein à raconter. Des histoires intéressantes, c’est déjà plus rare. Mais combien seraient assez dingues pour les partager à des millions d’abonnés ? De toute évidence, le moment où vous êtes resté bloqué dans un ascenseur ne ferait pas l’objet d’une série sur Amazon Prime Video. En revanche, la plateforme a fait appel à Jonathan Cohen, Antoine de Caunes et José Garcia, Julie Gayet, Olivier et Géraldine Nakache, Fianso et Zahia Dehar pour revenir sur un moment improbable de leur vie pour l’émission True Story.

Dans un étourdissant décor parisien, les célébrités font face à Natoo, Cyprien, Norman, Ludovik, et Mcfly & Carlito. Tels des Patrick Sabatier et Michel Drucker 2.0, les stars du Web arrachent des confessions à leurs interlocuteurs. Un mariage qui tourne mal, un numéro de téléphone dévoilé devant des millions de téléspectateurs, une rencontre improbable avec une star américaine, les six anecdotes de l’émission valent le détour. Mais True Story, ce n’est pas juste un talk-show comme un autre.

Pendant que les stars du cinéma, de la télévision ou de la chanson racontent leur histoire, les événements prennent vie devant nos yeux. Des comédiens, aidés des YouTubeurs, jouent les scènes qui se veulent (plus ou moins) fidèles à la réalité. « Ça mélange nos deux amours, explique McFly. Le côté un peu flux, un peu animateurs, c’est de la discussion, il faut juste être sincère. Et puis on avait commencé par la fiction au tout début. On le fait un peu moins souvent mais à chaque fois c’est très kiffant. »

Une émission inspirée d’un format australien

Les six YouTubeurs n’ont pas hésité à rejoindre le projet, inspiré d’un format australien dans lequel des inconnus racontent leur histoire. « C’est d’autant plus intrigant avec des guests, c’est comme si on allait plus loin, relate Cyprien Iov. Cela laisse penser que leurs histoires vraies peuvent être encore plus surprenantes. » Les plus affûtés auront peut-être fait le rapprochement avec le « concours d’anecdotes » de McFly et Carlito, l’un des formats les plus populaires de leur chaîne. Une raison de plus pour eux d’accepter cette invitation « qui [les] fait bien vibrer. »

Pendant une journée, chaque duo de YouTubeurs a recueilli les confidences de deux invités différents. Les semaines suivantes, les vidéastes sont passés au maquillage et au dressing pour tourner les saynètes intégrées à True Story. « C’était quand même un tournage assez fat, il y avait beaucoup de choses à tourner. C’était presque des mini-courts-métrages pour chacune des anecdotes », raconte Norman Thavaud.

Des animateurs spectateurs

Lorsqu’ils sont arrivés sur le plateau de tournage, les six YouTubeurs savaient quels seraient leurs interlocuteurs, mais ne connaissaient pas l’histoire qui allait leur être contée. Leur exercice était donc simple : s’asseoir, écouter et relancer les invités. « Je n’ai pas du tout perçu ça comme un rôle de présentateur. On n’avait pas de ligne, pas de texte, pas de prompteur », confie Cyprien Iov.

Sans script, le tournage durait donc plus ou moins longtemps selon les invités. « Ce qui fait tout le charme du programme, c’est que ce n’est pas articulé, ce n’est pas préparé à l’avance, souligne Norman. C’est un truc qu’on retrouve assez rarement sur des programmes de télévision ou sur des plateformes de vidéos qui sont scriptés. »

Norman et Cyprien ou McFly et Carlito ont déjà eu l’occasion de s’exporter hors de leur plateforme de prédilection par le passé. Pour les premiers, c’était sur TF1 avec la série Presque adultes, et pour les seconds, sur TMC pour un prime événementiel et même sur Netflix dans Jusqu’à l’aube. Seraient-ils prêts à réitérer l’expérience avec les géants du streaming ? « Comme on est des créateurs de contenus, que ce soit du flux ou de la fiction, on est amenés à vouloir faire des choses avec ces plateformes, confirme McFly. Elles sont en demande de ça, le public est en demande de ça, et nous aussi. » Pour que le projet prenne vie, une condition doit figurer dans le contrat : garder le même ADN que sur YouTube. Et ce, peu importe la plateforme.