« Reprogrammer Céline Dion ou Iron Maiden, c’est un jeu de quilles », confie la vice-présidente de Paris La Défense Arena

INTERVIEW « On a été les premiers confinés et on est les derniers à rouvrir », constate Bathilde Lorenzetti, la vice-présidente de Paris La Défense Arena. Depuis le 7 mars, aucun événement n’a pu se tenir dans la salle des Hauts-de-Seine et le premier concert post-confinement est seulement pour janvier 2021

Propos recueillis par Floréal Hernandez

— 

Paris La Défense Arena accuse 20 millions d'euros brut de perte à cause de la crise du coronavirus et du confinement. (Illustration)
Paris La Défense Arena accuse 20 millions d'euros brut de perte à cause de la crise du coronavirus et du confinement. (Illustration) — IBO/SIPA
  • La programmation 2020 de Paris La Défense Arena est bouleversée par la crise sanitaire liée au coronavirus et au confinement. Ce samedi, Céline Dion devait entamer une résidence de six dates.
  • La diva canadienne comme presque tous les artistes, groupes ou événements prévus en 2020 dans la salle de Nanterre ont été reportés en 2021. Seul le concert de Paul McCartney a été annulé.
  • Les conséquences de la crise du coronavirus sont lourdes pour l’Arena avec 20 millions d’euros brut de pertes.

Une première date annulée, le 7 mars, avec une Nuit de la Bretagne mise en sommeil. Puis le Courage World Tour de Céline Dion reportée. Le concert de Paul McCartney annulé. Et une fin de saison notifiée au Racing. La crise sanitaire liée au coronavirus​ et la période de confinement ont bouleversé la programmation de  Paris La Défense Arena. A tel point que Bathilde Lorenzetti s’est mise à « faire du Tetris » avec ses équipes pour replanifier les spectacles signés et reportées. La vice-présidente de la toute jeune salle de Nanterre raconte à 20 Minutes comment l’offre événementielle a été reconstituée.

Bathilde Lorenzetti, vice-présidente de Paris La Défense Arena.

Comment avez-vous procédé pour recaser tous vos événements de 2020 en 2021 ? Vous avez gelé ce qui était prévu en 2021 ?

C’est un jeu de quilles. Mais comme toutes les tournées 2021 ont été décalées en 2022, pour celles de 2020, on a pu trouver des dates en 2021. Pour Céline Dion, il y a eu la question de ce qui se passerait en Angleterre ou aux Etats-Unis où les dates de confinement n’étaient pas les mêmes. Mais on a réussi à recaser heureusement ses six dates à l’Arena. Le premier concert [le nom de l’artiste ou du groupe n’a pas encore été dévoilé] de la salle se tiendra en janvier 2021, un événement prévu initialement en octobre 2020 puis en décembre 2020.

Vos événements programmés ont été reportés à 2021. Sauf une date, le concert de Paul McCartney, pourquoi ?

Paul McCartney a préféré annuler sa tournée et que tout le monde soit remboursé. Il n’a pas l’habitude de prévoir des concerts un an à l’avance. Il préfère attendre de voir pour revenir. Mais un concert de Paul McCartney ne nécessite pas huit mois pour vendre les places. Pour Céline Dion, les six dates de la tournée Courage se sont vendues en 1h30. On est heureux car on a obtenu des reports pour presque 100 % de nos événements, même pour des concerts non encore annoncés.

Pour les concerts reportés, vous proposez un remboursement. De nombreux spectateurs ont-ils demandé à être remboursés ?

Non, le premier concert qui a annoncé son report, c’était Iron Maiden et sur les 38.000 billets vendus, nous avons eu 18 demandes de remboursement. Il y a une vraie appétence des spectateurs pour les concerts. On l’a vu pendant le confinement les radios, la musique, les lives des artistes ont aidé les gens. Quand on reporte et que l’on n’annule pas, il y a un soulagement des spectateurs. Des listes d’attente ont été créées pour acheter des places pour les concerts de Céline Dion si certains spectateurs venaient à annuler leurs venues.

Comment se passent les négociations avec les tourneurs pour caler les dates de report ?

On a travaillé avec eux dès le mois de mars. Le décalage des tournées de 2021 à 2022 a entraîné des trous. La taille de Paris La Défense Arena [40.000 places pour un concert] fait qu’elle accueille des tournées internationales, quand ça bouge en Angleterre ou aux Etats-Unis, ça bouge chez nous. On n’a eu aucune difficulté à trouver des dates pour tout le monde. Ce ne sont pas des négociations mais des partenariats. Pour les six dates de Céline Dion, on a fait plusieurs propositions et son producteur a choisi ce qui les arrangeait.

Avec ce chamboule-tout sur vos dates de concerts, comment s’intercalent les matchs du Racing ?

On doit faire nos vœux à la Ligue nationale de rugby cette semaine. La LNR est à l’écoute et conciliante sur nos demandes. S’il y a un frottement entre une date de match et un concert, on a toujours privilégié les concerts. On a eu des matchs délocalisés à Vannes [venue de Jay-Z et Beyoncé à l'Arena pour rôder leur show], à Colombes pour un quart de finale du Top 14 lors des concerts de Mylène Farmer. Ce choix, on le maintient d’accueillir les concerts dans les meilleures conditions. Pendant le confinement, on a travaillé sur des lieux de délocalisations possibles. En principe, le Racing devrait être le premier événement de la salle pour la reprise du Top 14 le 5 septembre.

Quel est le manque à gagner lié au coronavirus pour Paris La Défense Arena ?

Vingt millions d’euros brut, en charges cumulées, les pertes sont abyssales. Et ce malgré le chômage partiel pris en charge par le gouvernement. La salle a 60 salariés permanents, 93 % ont été en chômage partiel. Mais je pense aussi à nos prestataires : traiteur, buvette, sécurité, hôtesses… On a été les premiers confinés et on est les derniers à rouvrir. L’Arena est une société jeune, on est sur notre troisième année d’activités, et on devait commencer à faire des bénéfices. 2020-2021 sera également en demi-teinte.