Fête de la musique 2020: Concerts virtuels, distanciation sociale… On a imaginé ce qui nous attend dimanche

LA FETE AUX TEMPS DU CORONAVIRUS Avec des concerts en ligne et des rassemblements quasi-impossibles, les festivités de 2020 auront une allure bien particulière

Clio Weickert

— 

L'ambiance sera-t-elle au rendez-vous de la fête de la musique 2020 ? (sur cette photo c'était à Paris en 2017.
L'ambiance sera-t-elle au rendez-vous de la fête de la musique 2020 ? (sur cette photo c'était à Paris en 2017. — LUDOVIC MARIN / AFP
  • Dimanche 21 juin, comme chaque année depuis 1982, se tiendra en France la fête de la musique.
  • Malgré la crise du coronavirus, des festivités seront organisées pour célébrer la musique et les musiciens.
  • Concerts virtuels, distanciation sociale… C’est une fête pas comme les autres qui attend les mélomanes en 2020.

Qui eut cru qu’on célébrerait la musique cette année ? Souvenons-nous, il y a quelques semaines à peine, nous étions tous terrés chez nous, complètement flippés et accrochés aux lèvres du président qui annonçait au détour d’une phrase « Nous sommes en guerre ». Trois mois plus tard, alors qu’on ne pensait plus revoir un être humain un jour, ou du moins pas dans la même pièce que nous, nous voilà à la veille de la Fête de la musique, comme si de rien n’était, ou presque.

Si les célébrations ont été maintenues, difficile de s’y projeter. Vous vous voyez en train d’entonner We are the champions, un gobelet en plastique remplie de bière chaude à la main, devant le troquet de votre quartier ? Ou slamer dans le public de la foule en délire sur la place de votre village ? Même si on le voulait, ce ne serait pas possible de toute façon, distanciation sociale oblige. Cette année la Fête de la musique aura bien lieu mais elle n’aura pas la même tronche que les années précédentes… Voyageons dans le temps pour comprendre ce que nous réserve ce 21 juin 2020.

Des vraies personnes à la télé

Avant la date fatidique il y a d’abord la première étape obligatoire du week-end de la fête de la musique, la soirée télé. D’ailleurs on ne sait pas pourquoi, mais ça ne tombe jamais le Jour J, peut-être pour prolonger le plaisir, ou le calvaire (question de point de vue). Donc ce vendredi soir, on se reconfine à la maison, ça ne fait jamais de mal de se faire une petite piqûre de rappel, et on zappe sur France 2 qui diffuse Tous ensemble pour la musique ! En public !, un concert capté en direct de l’AccorHotels Arena à Paris. Et là, le choc. Mais où sont les marionnettes creepy de Nagui et les parois en plexi ? Non, on ne rêve pas, comme le titre de l’émission l’indique, de vraies personnes se déhanchent devant Catherine Ringer, Roméo Elvis, Tryo ou LEJ (comme d’hab' la programmation est très éclectique).

Bon, les spectateurs ne sont ni au nombre de 20.000, la jauge maximale de la salle en temps normal, ni 5.000, la limite à ne pas dépasser pour respecter les consignes du gouvernement, mais seulement 2.000, afin d’assurer au mieux les distanciations sociales. Mais ça suffit à provoquer une petite bouffée d’angoisse… Ils ont tous plus ou moins un masque (on en compte plusieurs au fond qui le laissent pendouiller à l’oreille mais ce n’est pas facile de chanter avec et de supporter l’odeur de son haleine), et des sièges sont condamnés pour éviter que les gens se sautent dans les bras, ivres de bonheur. On a connu plus chaleureux, mais c’est mieux que rien. Et c’est d’ailleurs peut-être le seul concert digne de ce nom auquel on assistera ce week-end. Allez, faisant encore un petit bond de 48 heures dans le temps. Direction le 21 juin 2020.

La paix

En général ça ne commence pas avant la fin d’aprèm mais, comme on est dimanche, on sort de chez nous après le déjeuner pour tâter le terrain. Et là, miracle. Qu’entend-on dans nos oreilles ? Rien. Le silence. La paix. Aucun groupe d’ado ou de quadra (c’est soit l’un soit l’autre en général), massacrant les répertoires de Nirvana ou de Téléphone sur un bout de trottoir. Merci qui ? Merci le ministère de la Culture qui a annoncé dans un communiqué que « les rassemblements de plus de 10 personnes étant toujours interdits sur le domaine public, les concerts spontanés ne sont pas autorisés, néanmoins, les manifestations sur la voie publique peuvent faire l’objet d’un régime dérogatoire ». Bon, ce n’est pas très clair, mais assez pour avoir réussi à faire peur aux musiciens en herbe qui se prennent pour Santana. Du coup, on rentre, il n’y a personne dans les rues, ça devient flippant.

Il est déjà 15 h, on jette un œil sur le compte Facebook de notre ville, la Garenne-Colombes, pour voir si elle prévoit quand même des festivités pour le soir. Et là, surprise. C’est Gégé notre conseiller bancaire dans la vidéo, là ! On ne savait pas qu’il jouait si bien de l’ocarina ! Dans le clip suivant on reconnaît aussi Corinne et sa sœur Béné qui tiennent l’Amap, dans ce qui pourrait être une reprise de Trois Cafés Gourmands en espagnol. On les a, nos petits concerts amateurs, finalement ! Après vérification, il se trouve que la mairie avait proposé à ses talents d’envoyer des vidéos de trois minutes environ, compilées les unes après les autres et diffusées dimanche. Franchement ce n’est pas plus mal, ça évite de faire semblant d’applaudir.

Un « marathon du rock »

Déjà 16 h (le temps file à une vitesse), une alerte Facebook : « Louis Bertignac vient de commencer une vidéo en direct ». Alors là, on n’était pas prêt. Visiblement il n’est toujours pas sorti depuis le déconfinement et il veut nous traîner dans un « marathon du rock »…
Mais est-ce vraiment lui ? On vérifie sur Google : oui, oui, c’est bien lui. On retrouve une dépêche AFP de la semaine passée : « A partir de 16h, jusqu’au lendemain, il y aura du Bertignac, du Téléphone, mais aussi des reprises car sinon je ne tiendrai pas (rires), donc des Stones, des Beatles, du Dylan, du Cat Stevens, Otis Redding, etc. Les gens pourront demander ce qu’ils veulent, si je connais je fais », assurait-il alors. Tant qu’à faire lançons-nous, c’est quand même l’occasion rêvée de bousiller Un autre monde et La Bombe humaine avec l’un de ses interprètes ! Et après on lui demande s’il connaît Tchikita de Jul.

« Ferme la porte t’as la pookie dans l’sas »

On est encore sur les fesses, Loulou nous en a livré une version acoustique pas piquée des hannetons. Mais il est temps de sortir, on doit filer à l’Institut du monde arabe (Paris 5e). On a réservé notre place (gratuite) pour la deuxième session de la journée de karaoké géant, de 17h à 19h. La promesse ? « Le plus grand karaoké en plein air du monde, avec une playlist mêlant rap, raï, R & B et chanson arabe », explique le communiqué de l’événement.

On arrive un peu en retard, on avait oublié notre masque à la maison, mais c’est déjà du grand délire. Saïan Supa Crew, Diam’s, Kendrick Lamar, Amr Diab, Booba… Y a pas à dire la playlist est quali et le public chaud bouillant. Non mais attendez, c’est Jack Lang qui donne tout sur Pookie là-bas ?? «J’suis gang, hors game, boy ne joue pas, bang bang bang/J’suis gang, hors game, boy ne joue pas, bang bang bang… »

Il n’y a pas à dire, un karaoké ça crève. On rentre à la maison direct, deux mois de confinement sont passés par là et on n’a plus l’habitude de faire la java. Ça vous tourne la tête à vous aussi quand vous voyez trop de monde maintenant ?

Bref, en attendant Jean-Michel Jarre on se prépare un petit plat du dimanche : de la purée et… Mais attendez c’est quoi ce bordel ? « Tu m’as dit que j’étais faite, pour une drôle de vie… » Alors là c’est l’hallu, mais elle fait quoi Bribri, notre voisine du dessus ? « J’ai des idées dans la tête, et je fais ce que j’ai envie..» Ah mais il y a aussi Jean-Mi en face ! « Je t’emmène faire le tour, de ma drôle de vie… » Ah ouais c’est bon, on l’a. Le ministère de la Culture a eu la (fausse) bonne idée d’inviter les Français à entonner Chanson sur ma drôle de vie à leur balcon à 20 h, en souvenir du bon vieux temps où, à la même heure pendant le confinement, ils applaudissaient les soignants…. Véronique, si tu nous entends, pardonne-nous.

Allez, un peu de Radio Classique pour se détendre après tout ça. Laurence Ferrari présente le Concert des auditeurs, la sélection des compositeurs préférés des oreilles fidèles à la station, comme son nom l’indique. Rien de mieux qu’un petit Beethov' pour oublier la voix de Bribri.

Enfin 21h14 ! Dans une minute Jean-Michel Jarre commence son concert virtuel, Alone Together. C’est un peu compliqué car il faut télécharger l’appli VRChat. Oui, oui, Jean-Michel nous livre un concert en réalité virtuelle, «  comme dans Matrix ». Alors là c’est le délire, il faut se créer un avatar, comme Jean-Mi, et on assiste à un show virtuel en compagnie d’autres avatars. Pas besoin de masque en tout cas, c’est déjà ça. Mais c’est ça le « monde d’après ? » Un rassemblement de « fausses » personnes qui ne peuvent même plus vibrer ensemble ? Fermons les yeux plutôt, et voyageons dans le passé, direction Gizeh, à l’aube des années 2000, quand tout était encore possible…