Coronavirus en Bretagne : Privés de fest-noz, les danseurs tournent en rond

DERNIÈRE DANSE D’ici la fin de l’été, plus d’un millier d’événements auront été annulés dans la région en raison des règles sanitaires

Jérôme Gicquel

— 

Respecter les gestes barrières en fest-noz relève de la mission impossible.
Respecter les gestes barrières en fest-noz relève de la mission impossible. — Fred Tanneau / AFP
  • Avec l’annulation de quasiment tous les festoù-noz, l’été s’annonce bien triste en Bretagne.
  • Dans ces fêtes où le contact physique est indissociable de la danse, il est impossible de faire respecter les gestes barrières.
  • La région Bretagne doit dévoiler vendredi des aides en faveur du spectacle vivant.

Les binious et les cornemuses ne sonnent plus et le bruit des pieds tapant sur le parquet a disparu. Aux quatre coins de la Bretagne, il règne depuis trois mois un silence assez inhabituel. Et l’été qui se profile ne s’annonce guère plus emballant pour les amateurs de danse et de musique bretonnes. Comme tous les spectacles vivants, les festoù-noz ont été rayés de l’agenda depuis le début de la crise du coronavirus. Selon les chiffres de Spectacle Vivant en Bretagne, ce ne sont pas moins de 1.200 événements qui ont ou vont être annulés d’ici la fin août dans la région.

Sans ses festivals et ses festoù-noz, la Bretagne se prépare donc à vivre un été culturel bien triste. Et pour certains danseurs, ce sevrage forcé est très dur à vivre. « Cela crée un grand vide car je ne vis pas sans le fest-noz, j’ai besoin de ressentir cette effervescence et cette magie de la ronde », indique, désabusée, Corinne.

« Le fest-noz, l’antithèse des gestes barrières »

Les organisateurs sont également dans le flou le plus total. « A force d’entendre tout et son contraire, ils ne savent plus sur quel pied danser », souligne Stéphane Julou, coordinateur de l’association Tamm-Kreiz, l’observatoire permanent du fest-noz. Les rassemblements de moins de 5.000 personnes étant désormais autorisés, rien n’empêche en effet un organisateur de maintenir son fest-noz cet été. Mais dans la pratique, cela semble quasiment impossible à mettre en place. « Le fest-noz, c’est un peu l’antithèse des gestes barrières, assure Stéphane Julou. Quand on danse, ce n’est jamais seul. Il y a un vrai contact physique entre les danseurs, on a la sueur du voisin dans les narines ».

Faire respecter les mesures barrières et la distanciation physique semble donc impossible en fest-noz, sous peine de le dénaturer. « Je ne me vois vraiment pas danser avec un masque et des gants, confie Corinne. S’il n’y a pas de contact, il n’y a rien qui se passe dans la ronde, il n’y a aucune onde qui se propage ».

Des fest-noz virtuels pendant le confinement

Pendant le confinement, certains ont bien tenté de trouver des solutions en imaginant notamment une danse avec un cintre pour éviter que les danseurs ne se tiennent par le petit doigt. « C’était marrant mais cela ne peut pas s’appliquer pour toutes les danses », souligne la danseuse, qui habite Langoüet, au nord de Rennes.

L’association Tamm-Kreizh a également organisé durant ces trois mois des fest-noz virtuels pour remonter un peu le moral des danseurs. « Cela m’a fait un bien fou, cela donnait au moins l’impression d’être ensemble », reconnaît Corinne.

La région doit dévoiler des aides pour les organisateurs

Mais en attendant, le retour sur les parquets n’est pas encore à l’ordre du jour. « Tant qu’on devra respecter les gestes barrières, cela risque d’être compliqué » prévient Stéphane Julou, craignant que la crise sanitaire actuelle ne bouleverse profondément le milieu du fest-noz. Consciente des difficultés à venir pour de nombreux acteurs, la région Bretagne doit d’ailleurs annoncer vendredi à Lorient tout un dispositif d’aides pour relancer le spectacle vivant dans la région.