La maison-mère d'Hello Kitty change de patron, une première en soixante ans

TRANSMISSION Shintaro Tsuji, 92 ans et fondateur de Sanrio, exploitant notamment la licence Hello Kitty va céder la place à son petit-fils de 31 ans, Tomokuni

Anne Demoulin

— 

Hello Kitty. Image d'illustration.
Hello Kitty. Image d'illustration. — Hello Kitty

Une cure de jouvence pour le groupe japonais ! Shintaro Tsuji, 92 ans et fondateur de Sanrio, exploitant notamment la licence Hello Kitty va céder la place à son petit-fils de 31 ans, Tomokuni. Un patron plus jeune donc pour la mignonne créature blanche devenue poule aux œufs d’or.

Tomokuni Tsuji va devenir le nouveau PDG à compter du 1er juillet et sa nomination doit être validée par les actionnaires lors d’une assemblée générale ordinaire le 26 août, selon un communiqué du groupe publié vendredi.

Ce sera le plus jeune patron d’une société cotée sur l’indice Topix de la Bourse de Tokyo, selon l'agence Bloomberg, alors que les dirigeants d’entreprises au Japon sont généralement passablement âgés.

Hello Kitty, archétype du kawaï

Son grand-père Shintaro Tsuji dirigeait depuis soixante ans la société. Vendant à l’origine des produits en soie, il a rapidement repositionné son entreprise sur la création de personnages fictifs et leurs produits dérivés.

Créée en 1974, Hello Kitty, est devenue un énorme succès mondial, symbole par excellence du côté kawaï (mignon) de la culture populaire japonaise.

Sa bouille s’affiche désormais aux quatre coins de la planète sur des dizaines de milliers d’articles (peluches, cartables, gommes, stylos, bijoux, vêtements, appareils électroniques…).

Hello Kitty a aussi été adaptée en dessin animé pour la télévision, au cinéma, en jeux vidéo, et elle est aussi la principale vedette d’un parc d’attractions de Sanrio près de Tokyo.

Le groupe Sanrio en crise

La tâche risque d’être ardue pour le jeune patron. L’activité de Sanrio décline depuis plusieurs années et souffre de la crise du coronavirus.

Ses ventes annuelles 2019/20 ont totalisé 55,2 milliards de yens (455 millions d’euros), en baisse de 6,5 % sur un an, et son bénéfice net s’est effondré de 95 % sur la période, selon des résultats publiés vendredi.

Il peut toutefois espérer être né sous une bonne étoile, quatorze ans jour pour jour après Hello Kitty !