Sevran : Ce que l’on sait sur la mystérieuse mixtape sans Kaaris

PROJETS SECRETS Une rumeur sur un projet de mixtape sans K2A déchaîne les passions sur Twitter

C.W.

— 

Le rappeur Kaaris.
Le rappeur Kaaris. — PJB/SIPA
  • Une rumeur autour d’une mixtape de rappeurs sevranais déchaîne les passions sur Twitter.
  • Kaaris, rappeur emblématique de Sevran, n’aurait pas été convié sur le projet, provoquant la stupéfaction de ses nombreux fans.
  • « 20 Minutes » fait le point sur « l’affaire de la mixtape de Sevran ».

Du rififi dans l’air. Depuis quelques jours, un projet musical secret fait naître de nombreuses rumeurs sur les réseaux sociaux, et attise de nouveau, d’anciennes rivalités dans le monde du rap. La nature du projet ? Une mixtape regroupant des rappeurs de Sevran. Le point de crispation ?  Kaaris, artiste emblématique de la ville de Seine-Saint-Denis, ne ferait pas partie de l’aventure. On parle même déjà de « boycott ».

Si l’histoire peut paraître complètement anecdotique (ce qui sera probablement le cas dans quelques semaines), pour le moment elle déchaîne les passions et remet de l’huile sur le feu dans l’histoire Kaaris vs Booba. Entre rumeurs et réactions officielles, 20 Minutes fait le point sur « l’affaire de la mixtape de Sevran ».

La mixtape de la discorde

Difficile de comprendre d’où est partie la rumeur. Comme le rapportent de nombreux médias spécialisés rap, Da Uzi, un artiste de Sevran, serait à l’initiative d’une mixtape regroupant un grand nombre de rappeurs de la ville du 93. Parmi eux, compteraient notamment Maes, 13 Block et Kalash Criminel. Rien d’extraordinaire jusque-là, à un détail près : Kaaris, figure emblématique de Sevran, qui rappelons-le, a carrément dédié un son à sa ville, n’aurait pas été convié.

Le rappeur aurait fait part lui-même de sa stupéfaction sur Snapchat, comme le relaie le compte Twitter Rapmedia. Les indices : les mots « suceur », « détecteur a vyce », un emoji doigt d’honneur, une photo de Kaaris devant une porte légendée « remerciez-moi pour les travaux » et une photo d’une petite fille contrariée avec la légende « mais je vous ai rien fait ».

Pour beaucoup d’internautes le message est clair (alors que pas vraiment, si ?), et il n’en fallait pas plus pour mettre le feu aux poudres.

Divergences

Car pour de nombreux fans du rappeur, une mixtape made in Sevran sans Kaaris c’est un peu comme un Koh-Lanta sans Claude, ça n’a pas grand intérêt… Autre subtilité de l’affaire, certains estiment que le succès de Kaaris a mis un coup de projo sur Sevran, et a ouvert la porte aux jeunes artistes de la ville. En d’autres termes, pas de Kaaris, pas de Maes ni de 13 Block. Un point de vue qui n’a pas emballé tout le monde.

Tel que le relaie Rapmedia, Da Uzi, a priori aux commandes de cette mixtape, aurait réagi aux messages de Kaaris sur Snap, en relayant un message de son manager. Un post ambivalent : « Aucun rappeur n’a jamais donné de force à Sevran retenez-le bien… C’est Sevran qui a donné la force à certains rappeurs de sa ville, est-il écrit dans un style plutôt passif agressif et une construction de phrase à la Renaud. Sevran est une ville connue pour autre chose avant le rap et c’est pour ça que chaque rappeur de notre ville crée un engouement mais ce n’est jamais les rappeurs qui ont créé notre ville. » La situation semble plutôt mal partie mais retournement de situation, le message se termine sur une note d’ouverture : « V2V [le manager] ne ferme aucune porte aux artistes connus de Sevran qui veulent aider, soutenir et donner de la force aux jeunes ». Fin de l’histoire ? Non.

Booba aux commandes ?

Dans l’histoire, un artiste s’en prend particulièrement plein la figure : Maes, un rappeur de Sevran qui figurerait sur la mixtape (rappelons que pour le moment on ne sait même pas de quelle mixtape il s’agit vraiment). Pourquoi lui en particulier ? Au-delà de ses belles ventes et de son flow particulier, Maes est aussi connu pour être l’un des protégés de Booba, aka l’ennemi juré de Kaaris. Pour certains cela ne fait donc aucun doute : B2O a joué de son influence sur Maes pour que Kaaris n’apparaisse pas sur la mixtape.

Booba tirerait-il donc toutes les ficelles depuis Miami ? Pas sûr qu’il n’ait que ça à faire, mais il a tout de même pris le temps de taquiner Kaaris dans une story : « Pauvre Armand, j’t’avais dit que ta seule issue c’est la bagarre mais t’écoute jamais papounet ». Simple mais efficace. Toujours est-il qu’on ne sait toujours pas avec certitude qui fait quoi avec qui et comment.

Epilogue

Et si toute cette histoire se terminait bien ? Rien n’est impossible. Certains acteurs de cette affaire ont d’ailleurs décidé de ne pas mettre d’huile sur le feu et de tempérer tout ça. Kalash Criminel, qui devrait faire partie de cette mixtape, a notamment envoyé un message de bienvenu à Kaaris. « Viens jouer avec nous igo », a-t-il écrit sur Twitter.

Et quid du principal intéressé ? Dans un enregistrement audio publié sur Snapchat, Kaaris explique n’avoir jamais commenté cette histoire, et joue la carte de l’apaisement : « S’ils font une mixtape et qu’ils estiment que je ne dois pas être dedans, il n’y a aucun problème, chacun fait ce qu’il veut. "Remerciez-moi pour les travaux", ça fait un mois que je le mets. Je l’ai même mis dans mon album, c’est un truc que j’avais vu sur Internet, je parle de la trap, rien à voir avec Sevran. Da Uzi a dit la vérité, la ville de Sevran a été connue par rapport à ce qui s’est passé. Dieu merci, aujourd’hui, c’est connu pour la musique, pour le sport, pour le cinéma et les associations. Donc, c’est Internet qui se sert de ça pour créer quelque chose. Je sais que ça fait plaisir à d’autres personnes qui aimeraient qu’il y ait un vrai problème, mais rien à voir. J’ai toujours remercié Da Uzi parce qu’il m’a soutenu à un moment précis et pour ça, je le remercie de ouf. C’est le poto, il n’y a rien du tout, tout ça c’est que de la merde ». Fin de l’histoire ?

Et si cette mixtape n’existait pas ? Ou alors, s’il s’agissait d’une belle opération de com ?