Festival de Cannes 2020: Un peu plus de réalisatrices cette année

LENTEMENT MAIS SUREMENT Les réalisatrices forment 28,5 % de la sélection officielle, conçue cette année sous forme de « labels », faute de festival in situ  

Aude Lorriaux

— 

Nicole Garcia et la réalisatrice Maïwenn à l'anniversaire du Festival de Cannes en mai 2017.
Nicole Garcia et la réalisatrice Maïwenn à l'anniversaire du Festival de Cannes en mai 2017. — JEAN MARC HAEDRICH/SIPA

EDIT au 5/06/2020 : La sélection du Festival de Cannes ne compte en fait pas plus de réalisatrices en 2020 qu’en 2019. Il y a 13 réalisatrices, et non 16, cette année. « 3 réalisatrices ont fait le choix de repousser à 2021. Deux ont pris cette décision le 2 juin au soir, et une le 3 juin au matin. Dans l’intervalle donc, et c’est assez courant dans le processus cannois, la liste a évolué », explique le Festival à 20 Minutes.

Le Festival de Cannes a dévoilé mercredi sa « sélection officielle », une liste de 56 films bénéficiant d’un label spécialement créé après l’annulation de sa 73e édition. Parmi ces films, on trouve un peu plus de réalisatrices qu’à l’accoutumée : elles sont 16 à présenter un film, contre 14 en 2019, soit 28,5 % contre 23,7 % l’année dernière, selon un communiqué du festival.

Un chiffre à comparer avec le nombre de réalisatrices qui ont soumis leur film à la sélection qui est également faible, plus faible en proportion que le nombre de réalisatrices choisies par le festival : elles étaient seulement 532 réalisatrices, soit 25,7 % du total. Il y avait 11 réalisatrices en 2018, 12 en 2017, 9 en 2016 et 6 en 2015, précise aussi ce même communiqué.

Beaucoup de Françaises

« On se targue que la France soit le pays le plus favorable à la présence des femmes dans le cinéma, mais c’est seulement 23 % des films de cinéma produits dans l’année qui sont réalisés par des femmes alors que dans les écoles, il y a 50 % de filles. Les filles disparaissent, parce que leurs budgets sont moins importants, et qu’elles mettent plus de temps à récolter la confiance », explique à 20 Minutes Sandrine Brauer, productrice de cinéma et cofondatrice du collectif 50/50, qui promeut l’égalité des femmes et des hommes et la diversité dans le cinéma et l’audiovisuel.

Parmi les réalisatrices retenues dans la compétition à Cannes, on trouve beaucoup de Françaises (elles forment 38 % de la sélection hexagonale) : Maïwenn, Charlène Favier, Suzanne Lindon, Marie Castille Mention-Schaar, Fanny Liatard et Caroline Vignal. A noter chez les étrangères la japonaise Naomi Kawase et l’égyptienne Ayten Amin, un pays où il est encore moins facile d’être une femme réalisatrice.

Et Sandrine Brauer de conclure : « C’est la preuve que quand on y travaille, le regard évolue. Ce n’est jamais satisfaisant tant qu’on n’est pas à 50-50 mais il faut savoir accueillir les bonnes nouvelles. C’est un moment où les choses bougent. Il faudra qu’on ait la même dynamique sur la diversité. »