« Je ne voulais pas que mes images parasitent trop les textes de Blanche Gardin », révèle le bédéaste Fabcaro

INTERVIEW L’auteur de la BD « Zaï zaï zaï zaï », Fabcaro, a mis en images le tout premier spectacle de l'humoriste Blanche Gardin, jamais filmé mais qui sera ainsi disponible en version animée, jusqu'à ce vendredi soir sur Canal+

Propos recueillis par Olivier Mimran

— 

Blanche Gardin et son double animé par Fabcaro
Blanche Gardin et son double animé par Fabcaro — photo © White Spirit Production / dessin © Fabcaro 2020
  • Blanche Gardin est l’une des humoristes françaises les plus populaires du moment.
  • Jamais filmé, l’un de ses spectacles a été animé par l’auteur de BD Fabcaro.
  • Le résultat, diffusé mercredi 3 juin à 22h45 sur Canal+ à l'occasion d'une soirée consacrée à Blanche Gardin, est disponible en replay jusqu'à ce vendredi soir.

Qui mieux que Fabcaro, auteur de bandes dessinées à l’humour caustique, pour animer un spectacle de la non-moins incisive – et ultra-populaire – humoriste Blanche Gardin ? Et quand on écrit animer, on parle littéralement puisque l’artiste montpelliérain a vraiment « donné vie » à Il faut que je vous parle, le tout premier one woman show de l’ex-pensionnaire du Jamel Comedy Club, produit en 2015 mais jamais filmé.
Comment ? En réalisant une sorte de dessin animé très dépouillé synchronisé avec la voix (enregistrée à l’époque) de la double récipiendaire, en 2018 et 2019, d’un Molière de l’humour. Le résultat, confondant de réalisme au point qu’on oublie, dès les premières minutes, que ce n’est pas vraiment Blanche Gardin que l’on voit sur scène, peu s’enorgueillir d’être le « premier stand-up animé ».


Fabcaro a dévoilé à 20 Minutes la genèse de ce projet hors-norme, diffusé ce mercredi soir à 20h45 sur Canal+ et disponible en replay jusqu’à ce vendredi soir…

Comment vous êtes-vous retrouvé sur ce projet ?

On s’était déjà rencontrés, avec Blanche, lors de l’adaptation théâtrale de ma BD Zaï zaï zaï zaï par la troupe de l’Argument dans laquelle elle jouait. Et comme elle possédait une captation audio, mais pas de vidéo, de son tout premier spectacle, c’est elle qui a eu l’idée de me demander de le mettre en images.

Vous étiez-vous déjà essayé à ce genre d’exercice avant ?

Non, jamais.

Du coup, comment vous y êtes-vous pris ?

Oh, je suis un « vieux con », moi (rires) : j’ai travaillé à l’ancienne, j’ai fait toute une série de dessins au stylo sur papier de Blanche sous différents plans puis je les ai envoyées au studio d’animation qui s’est occupé de faire tout le job à partir de mes illustrations.

 

Quelques-uns des dessins préparatoires réalisés par Fabcaro

Votre travail était-il supervisé par Blanche Gardin ?

Non, j’avais totale liberté, sachant que l’idée, c’était de coller au spectacle et de rester sobre. Et puis parfois faire des dessins spécifiques quand l’humour était plus gestuel, plus visuel.

Votre contribution, presque minimaliste, contraste avec l’impétuosité et la crudité des textes de Blanche Gardin. Etait-ce intentionnel ?

Oui, d’emblée avec Blanche on a voulu quelque chose de sobre. D’une part parce que sa mise en scène à elle est habituellement très sobre et statique, et puis j’avais envie que ses textes géniaux soient mis en valeur et que donc mes images ne parasitent pas trop les textes, qu’elles servent juste de support.
 

« Zaï zaï zaï zaï » (à gauche), Fabcaro (au centre) et « Formica » (à droite)/couvertures © éd. 6 Pieds sous Terre), photo © ActuaLitté/CC BY-SA [https://creativecommons.org/licenses/by-sa/2.0]

Quelle a été la réaction de Blanche Gardin lorsqu’elle a découvert le résultat ?

Oh ben elle a été emballée, ce qui m’a évidemment fait super plaisir !

Combien de temps ce travail a-t-il nécessité ?

Je ne sais jamais répondre à ce genre de questions parce que je mène toujours trois mille projets de front donc il est difficile d’estimer le temps effectif de travail… Mais disons, tout compris, quelques mois ? (Oui pardon c’est flou…)

Et que vous a apporté cette expérience, en termes artistiques ?

Ça m’a surtout apporté en termes humains, j’étais ravi de travailler avec Blanche sur ce projet. Et puis voir d’autres choses que la BD ou le roman, j’aime bien l’idée de faire le touriste dans différents domaines artistiques.

Extrait de « Il faut que je vous parle » » © Fabcaro, B. Gardin & White Spirit Production

Au final, vous êtes fier de votre travail ?

Oh oui, j’en suis content, j’aime beaucoup le résultat.

Pourriez-vous envisager de réitérer ce genre d’expérience ?

Non, je ne crois pas. Je l’ai fait parce que j’adore Blanche et son écriture, mais le dessin pur ne m’excite pas plus que ça. Et l’animation, c’est un truc assez laborieux. Mais j’ai vraiment adoré le faire, regarder le projet prendre vie étape après étape.

Quels sont vos projets pour les mois à venir ?

En juin sort le second tome de ma bande dessinée Open bar. En août mon prochain roman, Broadway. Et puis je vais repartir sur d’autres choses, de l’écrit, de la BD, mais je sais pas encore bien quoi, je vais me laisser porter…