Coronavirus : Plus d’un musée sur dix pourrait ne jamais rouvrir après le confinement

CRISE 90 % des musées dans le monde ont dû fermer leurs portes pendant le confinement

B.Ch.

— 

Une touriste, portant un masque, visite le musée du Louvre à Paris, jeudi 5 mars.
Une touriste, portant un masque, visite le musée du Louvre à Paris, jeudi 5 mars. — Francois Mori/AP/SIPA

La crise du coronavirus n’est pas finie, et les musées du monde n’ont  pas ou peu rouvert, mais le tableau général est déjà catastrophique. À l’occasion de la Journée internationale des musées, célébrée ce lundi dans le monde, l’Unesco et le  Conseil international des musées (ICOM) ont publié un premier bilan de la crise du coronavirus pour les musées.

Selon les deux organisations, 90 % des musées du monde, soit plus de 85.000 établissements, ont dû fermer leurs portes durant la crise. L’Icom estime que près de 13 % des musées de par le monde pourraient ne jamais rouvrir à cause des répercussions financières de la crise.

« Un rôle fondamental pour la résilience des sociétés »

« Les deux enquêtes conduites auprès des États membres et des professionnels des musées, visaient aussi à savoir comment le secteur s’était adapté et quelles seraient les voies de soutien aux établissements à l’issue de la pandémie », explique un communiqué de l’Unesco. « Les musées jouent un rôle fondamental pour la résilience des sociétés, a déclaré  Audrey Azoulay, directrice générale de l’Unesco. Nous devons les aider à faire face à cette crise et à garder le contact avec leur public. »

L’étude montre également une grande disparité dans les capacités du musée à se relever d’une telle crise. L’Unesco note qu’en Afrique et dans les états en développement, seuls 5 % des musées ont pu proposer des contenus en ligne à leur public. « Cette pandémie nous rappelle aussi que la moitié de l’humanité n’a pas accès aux technologies numériques, explique Audrey Azoulay. Nous devons œuvrer plus encore pour réduire les inégalités et favoriser l’accès à la culture pour toutes les populations, notamment les plus vulnérables et celles qui sont isolées. »

« Le domaine des musées ne peut pas survivre par lui-même »

L’enquête ne chiffre pas précisément la diminution de revenus à laquelle les musées devront faire face. Elle indique cependant que « les professions liées aux musées, à leur fonctionnement ainsi qu’à leur rayonnement, pourraient être sérieusement affectées. »

L’Unesco et de l’Icom publieront dans les prochains jours les résultats complets de leurs enquêtes. « Nous sommes pleinement conscients et confiants dans la ténacité des professionnels des musées à relever les défis que représente la pandémie de Covid-19, a déclaré Suay Aksoy, présidente de l’Icom. Toutefois, le domaine des musées ne peut pas survivre par lui-même, sans le soutien des secteurs public et privé. Il est impératif de lever des fonds de secours d’urgence et de mettre en place des politiques de protection des professionnels et des travailleurs indépendants en contrat précaire ».

L’Unesco rappelle, citant la Recommandation de 2015 concernant la protection et la promotion des musées « le rôle fondamental que jouent les musées dans le domaine de l’éducation et de diffusion de la culture, en matière de cohésion sociale mais aussi dans le soutien à l’économie créative locale et régionale. »