VIDEO. Le double jeu de Mark Ruffalo… La nouvelle série du créateur de « La Casa de Papel »… Un docu féministe et décapant…

A LA DEMANDE Replay, SVOD, streaming, podcast… « 20 Minutes » vous donne ses conseils vidéo et audio de la semaine

Anne Demoulin

— 

Mark Ruffalo campe les jumeaux de « I Know This Much Is True ».
Mark Ruffalo campe les jumeaux de « I Know This Much Is True ». — HBO

Il n’y a pas que le direct dans la vie, il y a aussi le replay. De YouTube à Netflix en passant les replays des chaînes de télévision et les podcasts des stations de radio, 20 Minutes vous concocte chaque dimanche une liste de choses à voir, ou revoir, à écouter ou réécouter.

Semaine du 11 au 17 mai 2020

En quête de sens avec le créateur de « Borgen »

Un drame existentiel toujours aussi palpitant ! Adam Price, le talentueux showrunner derrière le succès international Borgen, était de retour sur le petit écran ce jeudi sur Arte avec la saison 2 de Au nom du père, saga qui suit le quotidien du clan Krogh, une famille où l’on est pasteur de père en fils depuis 250 ans. Les deux saisons de la série sont disponibles sur Arte.tv.  Mêlant l’intime et le politique, ce récit porté par Lars Mikkelsen, questionne aussi bien la parentalité, la masculinité, la transmission, la foi et le sacerdoce, la spiritualité et le deuil… Une quête de sens aussi pertinente qu’essentielle !

Le choc « I Know This Much Is True »

Une minisérie choc ! I Know This Much Is True, dont le premier épisode est disponible sur OCS, met en scène le destin tragique et d’une dureté rare de jumeaux, Thomas Birdsey, atteint d’une schizophrénie, et de son frère, Dominik. Les deux frères sont campés par Mark Ruffalo, éblouissant dans ce double jeu. La série du réalisateur et créateur Derek Cianfrance est l’adaptation du best-seller fleuve éponyme de Wally Lamb, en 1998, paru deux ans plus tard en France (La Puissance des vaincus, 2000, Belfond/Livre de poche). Du cancer à l’automutilation, I Know This Much Is True est un drame familial âpre, aussi obscur que lumineux, bercé par une sorte de poésie de la tristesse. Âmes sensibles, s’abstenir !

Un docu féministe décapant

Maso et Miso vont en bateau est un documentaire féministe décapant à voir gratuitement, en partenariat avec France Inter, pendant une semaine sur la plateforme Tënk, pendant encore trois jours ! En 1975, le collectif Les Insoumuses, mené par Delphine Seyrig, avec Carole Roussopoulos, Ioana Wieder et Nadja Ringar, répondait avec mordant à une émission d’Antenne 2 intitulée Encore un jour et l’année de la femme, ouf ! C’est fini où Bernard Pivot invitait en direct Françoise Giroud, secrétaire d’Etat à la condition féminine, à débattre avec des hommes présentés comme misogynes, sur un ton « décontracté » ! Le résultat ? Un détournement des images de l’émission aussi politique qu’hilarant !

« White Lines » mixe les talents Netflix

White Lines est né de la collaboration entre Álex Pina, créateur de la série espagnole La Casa de Papel et Andy Harries, producteur de The Crown. Disponible sur Netflix depuis le 15 mai, ce drame se joue entre deux lieux (Manchester au Royaume-Uni et Ibiza en Espagne) et deux époques (les années 1990 et 2020). Tout commence par la découverte à Ibiza du corps momifié d’Axel Collins, un DJ de Manchester disparu dans les années 1990. Sa sœur, Zoé, venue reconnaître le corps, tente de découvrir qui l’a assassiné. Ce polar sexy en 10 épisodes reprend les codes efficaces de La Casa de Papel : narration via la voix off de l’héroïne, flash-back, rebondissements outranciers, etc. Un voyage plaisant et ensoleillé aux Baléares… À défaut de pouvoir s’y rendre cet été !