Coronavirus : Entre résignation, raids en solo et appels à la solidarité… Comment le confinement a changé la face de Pokémon GO

POKESTOP OU ENCORE Les lecteurs-dresseurs de « 20 Minutes », nous ont raconté pourquoi ils ont jeté l’éponge ou comment ils continuent à chasser en faisant du sur-place pendant le confinement

Hélène Ménal
— 
Un dresseur sur le jeu Pokemon GO. Illustration.
Un dresseur sur le jeu Pokemon GO. Illustration. — Franck Lodi - Sipa
  • Pas facile de chasser des pokémons depuis son canapé.
  • Depuis le début de la crise sanitaire, les dresseurs de Pokémon GO se sont parfois découragés, souvent adaptés.
  • Les joueurs urbains et ruraux sont inégaux devant le confinement.
  • La solidarité a elle aussi contaminé le jeu de réalité virtuelle.

Appli désinstallée, pokémons placés en hibernation, dresseurs frustrés. Avec le confinement, le jeu de réalité virtuelle Pokémon GO, dont le principe est de marcher pour capturer des créatures, faire tourner des pokéstops remplis d’objets bonus, mener des raids sur des arènes ou faire éclore des œufs, en prend forcément un coup. Si l’on se fie aux contributions des dresseurs-lecteurs de 20 Minutes, certains, y compris des adeptes de la première heure, ont jeté l’éponge. En particulier, ceux qui aimaient se promener dans les parcs pour débusquer les pokémons et ne saisissent pas l’intérêt de poursuivre l’aventure confinés dans leur cuisine.

« Je ne me vois pas tourner en rond dans mon salon pour faire éclore mes œufs », confie Sarah. « Je ne conçois pas le jeu sans me déplacer de chez moi, me balader, jouer et discuter avec les autres dresseurs de ma ville », explique Cédric qui a remisé ses pokéballs et ne sait pas s’il réintégrera la famille après le confinement.

Détours urbains et déserts ruraux

Mais d’autres – et ils sont nombreux – s’accrochent. Pas au point de braver le confinement juste pour jouer (pas de pokécase sur l’attestation dérogatoire), même si Chloé confesse du bout du clavier qu’elle est sortie, une seule fois, pour faire tournoyer un pokéstop. Il n’y a pas l’adrénaline de la « chasse », le plaisir n’est pas intact, mais la plupart des joueurs ont adapté leur gameplay à l’enfermement. Ils font souvent quelques détours, quelques boucles incompréhensibles, sur la route de la supérette ou de la pharmacie. Ouhmani38 n’hésite pas ainsi à marcher de long en large dans son jardin, avec son petit garçon, pour faire éclore ses œufs.

Avec une inégalité criante, qui réjouira peut-être ceux qui souffrent d’être confinés en ville. Au pays des dresseurs, la campagne c’est galère. Quand, en milieu urbain, certains n’ont même pas à se lever de leur canapé pour atteindre un pokéstop ou une arène, au point que certains jouent davantage qu’avant, pour d’autres, c’est le désert. Témoin, Florian, un étudiant nantais confiné chez ses parents à Pornichet. Il n’a pas trouvé le moindre pokéstop sur la route de la boulangerie et a mis son pokédex en sommeil. Certains ruraux tout de même ont la possibilité de marcher loin, sans risque de croiser personne, pour faire grimper le compteur des kilomètres.

Le combo appart bien situé et chien à promener

Et puis il y a ceux qui sont doublement veinards, au pokésens du terme, avec appart bien situé et un chien à promener. Incontestablement, l’ami à vrais poils est un atout plus précieux que toutes les attaques puissantes du jeu. Par exemple, persuadé que ses voisins le prennent pour un fou, Emmanuel se donne à fond : il sort la laisse dans une main, trois des téléphones familiaux dans l’autre, et s’offre des raids solo en tapotant frénétiquement. Le Parisien Valentin, tombé malade du Covid-19, ne s’autorise aucune entorse au confinement mais il a la chance d’avoir deux pièces dans son appart où son GPS ne capte pas. Bilan, le jeu déraille en aveugle et il fait 30 à 60 km par jour sans bouger.

De façon générale, la communauté salue les efforts des créateurs du jeu pour s’adapter à ces « temps difficiles ». Niantic, qui ne pouvait se permettre une érosion mondiale des accros, a raccourci les distances aux arènes, divisé par deux celles pour l’éclosion des œufs, bradé pokéballs et encens à une poképièce virtuelle, réduit à néant le parcours pour accéder aux ligues combat et bourré à les faire craquer les cadeaux entre amis. Ces facilités sont pour beaucoup dans le maintien en activité de dresseurs qui peuvent ainsi assurer « un minimum syndical ».

Une communauté solidaire

Mais certains ont la dent dure. Ils en ont marre des Chinchidou ou Mastoc et rêvent de lâchers de pokémons inédits pour faire passer la pilule du confinement. Un fan aimerait que Niantic profite de la trêve pour affiner le mode combat qui se résume, quand même, à tapoter sur son écran « comme un débile ». Une dresseuse s’offusque de la persistance de quêtes liées à la météo alors qu’on ne peut pas sortir. D’autres suggèrent – plutôt attendent – les fameux pass de raid pour attaquer entre amis depuis chez soi. Les tricheurs facétieux, qui grâce à des applis s’évadent ailleurs, dans les coins non confinés du vrai monde, ont du vague à l’âme. Même dans l’épreuve sanitaire, Niantic n’hésite toujours pas à faire le ménage et à les bannir.

Enfin, ça va probablement faire sourire les réfractaires, mais Pokémon GO est lui aussi passé en mode solidarité à l’occasion du confinement. Solidarité familiale pour Lino, 5 ans, dont le papa part encore travailler et qu’il oblige « à passer par tous les pokéstops de la ville » avant de rentrer. Les joueurs s’échangent leurs codes, quand ce n’est pas carrément les téléphones, ceux qui travaillent chassent pour ceux qui ne peuvent pas bouger. Maude, à la tête d’une communauté de 120 joueurs à Annemasse, à la frontière suisse, mobilise les plus chanceux du groupe pour qu’ils envoient des cadeaux à ceux qui sont loin de tout pokéstop. Armelle (aka Memelle 1962, code dresseur 3332 9390 5817) est en quarantaine pour cause de suspicion de Covid-19 et en appelle à la générosité, pour garder son stock d’objets à flot.