Coronavirus : « La visite physique n’est qu’une partie de l’expérience du public des musées aujourd’hui », explique Roei Amit

INTERVIEW Alors que l’exposition du Grand Palais consacrée à Pompéi a été repoussée à cause du coronavirus, une partie des contenus est disponible sur Internet

Propos recueillis par Benjamin Chapon

— 

Un dispositif numérique en réalité augmentée de l'exposition Pompéi au Grand Palais permet de faire apparaître une statue antique de Livie dans son salon (et de regarder Edouard Philippe sur TF1)
Un dispositif numérique en réalité augmentée de l'exposition Pompéi au Grand Palais permet de faire apparaître une statue antique de Livie dans son salon (et de regarder Edouard Philippe sur TF1) — B.Chapon/20 Minutes

Ce devait être l’un des événements du printemps muséal. L’exposition Pompéi, au Grand Palais, immersive et numérique, a été repoussée à cause de l’épidémie de coronavirus. Pour autant, la Réunion des musées nationaux (RMN-Grand Palais) a choisi de proposer aux internautes différents contenus en ligne autour de l’exposition, Pompéi chez vous.

Si la visite physique de l’exposition promettait d’être particulièrement impressionnante, il s’agit aussi d’une somme de nouvelles données archéologiques et de nouvelles interprétations scientifiques. Le site Internet de l’exposition propose ainsi des vidéos exclusives de prises de vue en très haute résolution : restauration d’une mosaïque, reconstitution 3D de la « maison au jardin »… L’audioguide et une partie du catalogue de l’exposition sont aussi disponibles. De nombreux autres contenus, notamment à destination des enfants, sont accessibles gratuitement. Enfin, un dispositif de réalité virtuelle permet d’observer une statue antique de Livie sur son téléphone, avec son lieu de confinement favori en fond…

Pompéi Roei Amit, directeur du développement numérique à la RMN-Grand Palais, explique à 20 Minutes comment cette exposition virtuelle a été possible.

Comment a été possible le transfert, sur Internet, d’autant d’aspects de l’exposition Pompéi ?

C’est une exposition avec une dominante numérique très forte. Donc c’était plus simple. Et par ailleurs, la Réunion des Musées Nationaux a depuis plusieurs années une conception des visiteurs qui est à 360 degrés. La visite physique n’est qu’une partie de l’expérience du public des musées aujourd’hui.

C’est-à-dire ?

Cela veut dire que pour nous la visite d’une exposition commence avant la visite physique, et se poursuit après. Et nous accompagnons ce mouvement avec des dispositifs numériques, pour chaque exposition.

Pour Pompéi, vous avez rendu gratuit le téléchargement en podcast de l’audioguide de l’exposition. Cela fait partie de ce dispositif à 360 degrés ?

C’est un exemple, oui. Même si dans ce cas, les audioguides sont normalement conçus pour accompagner la visite physique. On pourrait mettre cela en place sur de nombreuses expositions mais ce n’est pas toujours le parti pris.

Il n’est pas question de remplacer complètement la visite physique ?

L’expérience physique est différente de l’expérience que l’on a chez soi, bien sûr. C’est moins riche. Mais aujourd’hui la plupart des visiteurs sont très connectés et préparent l’exposition avant de venir. Et souvent ils la poursuivent avec des lectures, de catalogue par exemple. Le numérique permet ça. Certains visiteurs commencent l’exposition, avec des lectures sur les réseaux sociaux ou les journaux par exemple, avant même de savoir qu’ils vont venir à l’exposition.

Cette exposition archéologique se prêtait-elle particulièrement au dispositif numérique ?

Absolument. Il s’agit de présenter des objets bien sûr, mais surtout de montrer des vues 3D de Pompéi avant sa destruction. Nous avons utilisé pour cela des dispositifs technologiques qui n’existaient pas il y a quelques années. Les données archéologiques sont inédites, et datent des toutes dernières fouilles, et la présentation est toute nouvelle aussi. Cette prédominance du numérique autorise une transposition d’une partie de l’exposition sur Internet, ce qui n’aurait pas été possible avec une exposition avec des artefacts, ou la rencontre avec l’objet original est irremplaçable.

Qu’est-ce que l’exposition, dont l’ouverture a été repoussée, réserve comme surprises aux visiteurs qui auront déjà exploré les offres numériques ?

La mise en scène sera unique ! Il y a un amphithéâtre, et une rue de Pompéi reconstituée. Un procédé de réalité augmentée permet de plonger les visiteurs dans l’ambiance de Pompéi juste avant l’éruption du Vésuve. On a d’ailleurs une vue sur le volcan.

Pensez-vous que le confinement, qui pousse de nombreux musées à proposer des contenus en ligne, peut faire évoluer les mentalités et inciter plus d’établissements à migrer vers le numérique ?

C’est possible. Je suis content que cette initiative autour de Pompéi donne un coup de projecteur sur nos contenus numériques. Mais la leçon de tout cela est surtout que la visite physique est toujours aussi importante. J’ai l’impression que dans cette période, il y a un appétit pour les offres culturelles. Les gens se tournent vers l’art, vers la connaissance. Et quand le confinement prendra fin, ils viendront peut-être encore plus dans les expositions. C’est peut-être quand on ne peut pas aller au musée qu’on a le plus en vie d’y aller…