Coronavirus: Peut-on encore faire faux bond à ses amis ?

VOUS TEMOIGNEZ Depuis le début du confinement, les apéros virtuels pullulent et meublent nos emplois du temps

C.W.

— 

Un exemple de Skypapéro.
Un exemple de Skypapéro. — UGO AMEZ/SIPA

Difficile d’avoir la paix, même en temps de confinement. Pour compenser l’interdiction de sortir de chez soi et d’avoir des contacts physiques avec d’autres êtres humains, les confinés (ées) ont de plus en plus recours aux «  Skypapéros » Le principe ? Retrouvez ses amis ou ses proches virtuellement, en passant par House Party, Skype ou encore Messenger, et trinquer par écrans interposés, comme de si rien n’était (ou presque). Certains surbookent même leurs emplois du temps personnels, et cumulent plusieurs apéros virtuels en une soirée, entre deux lives Instagram de yoga ou de cross fit.

Mais où en est le plaisir de faire faux bond à ses amis au tout dernier moment ? « Désolé j’avais oublié, mais ce soir j’ai piscine », « la petite a la gastro on ne va pas pouvoir sortir », « la voiture ne démarre pas on va devoir annuler… » Vous vous souvenez de toutes ces excuses bidon qu’on dégainait sporadiquement pour mater Koh-Lanta tranquille, ou tout simplement pour glander sous la couette ? Mais désormais que nous avons tout notre temps, et que nous n’avons plus que ça à faire, est-il encore possible d’esquiver des apéros (virtuels) ?

Et vous, qu’en pensez-vous ? Avez-vous eu le courage (ou ne serait-ce que la tentation) d’annuler un rendez-vous avec vos amis ou votre famille depuis le confinement ? Si oui, quelles excuses avez-vous données ? A l’inverse, des amis ont décliné à la toute dernière minute votre invitation… Leur en avez-vous voulus ? Avez-vous été vexé par cette décision ? Ou tout simplement, cette annulation vous a-t-elle inquiété ? Racontez-nous dans le formulaire ci-dessous. Vos témoignages serviront à la rédaction d’un article. Merci !