Mort de Manu Dibango : De nombreuses réactions émues saluent le « géant de la musique africaine » décédé du Covid-19

HOMMAGES D’Angélique Kidjo à Youssou Ndour et Franck Riester, plusieurs personnalités se sont fendues d’un message d’hommage à l’annonce du décès de Manu Dibango mardi

20 Minutes avec AFP
— 
Manu Dibango et Angélique Kidjo, en concert à Avignon, en juillet 2017.
Manu Dibango et Angélique Kidjo, en concert à Avignon, en juillet 2017. — BERTRAND LANGLOIS / AFP

L’annonce du décès du chanteur et saxophoniste Manu Dibango, ce mardi, à l’âge de 86 ans des suites du Covid-19 a été accueillie avec une grande émotion. « OH NON PAS TOI MANU DIBANGO. J’ai pas les mots pour traduire toute ma tristesse. Tu as été un grand frère, une fierté pour le Cameroun et pour l’Afrique toute entière », a réagi le chanteur Youssou Ndour sur Twitter en déplorant « une immense perte ».

« Tu as toujours été là pour moi depuis mes débuts à Paris, jusqu’à ces répétitions il y a deux mois. Tu es le géant de la musique africaine et un être humain magnifique », a salué la chanteuse Angelique Kidjo également sur Twitter.

Franck Riester, le ministre de la Culture, écrit que « Le monde de la musique perd l’une de ses légendes. » Et d’ajouter : « La générosité et le talent de Manu Dibango ne connaissaient pas de frontières. Chaque fois qu’il montait sur scène, il se donnait sans retenue à son public pour le faire vibrer d’émotion. Je pense à sa famille et à ses proches ».

« Il avait envie, besoin de partager sa musique »

Yves Bigot, le PDG de TV5 Monde et ex-producteur de Manu Dibango, a tweeté sa tristesse au sujet du décès de celui qu’il appelle son « grand frère » : « Il m’a tellement appris sur la vie, la musique et les hommes. C’était un immense musicien et un être humain incroyablement généreux. »

Dans un communiqué, Jean-Louis Guilhaumon, le directeur du festival Jazz in Marciac, s’est rappelé d’une soirée « mémorable » lors de l’événement l’été passé. « Il était dans une forme éblouissante, il avait donné une soirée d’une grande tonicité, d’une grande générosité. (…) Il avait envie, besoin de partager sa musique et il était le chantre infatigable de cette musique à la faveur du rapprochement des peuples et des êtres humains ».