Coronavirus : « Ils sauvent des vies »… Jean-Jacques Goldman rend hommage aux métiers mobilisés

MUSIQUE Dans une vidéo relayée lundi sur les réseaux sociaux ce lundi, le chanteur a modifié les paroles de sa chanson « Il changeait la vie »

Fabien Randanne

— 

Jean-Jacques Goldman rend hommage aux personnels soignants.
Jean-Jacques Goldman rend hommage aux personnels soignants. — Capture d'écran Instagram

« C’est des pères et des mères, docteurs, brancardiers, aides soignantes, infirmières, agent de sécurité, qui ont mille raisons de rester confinés mais leur propre raison c’est de ne pas laisser tomber. Ils nous donnent du temps, du talent et du cœur oubliant la fatigue, la peur, les heures. Et loin des beaux discours, des grandes théories, à leur tâche chaque jour, ils sauvent des vies. » Jean-Jacques Goldman a réécrit les couplets et le refrain de Il changeait la vie, l’un de ses tubes sorti en single en 1988, pour rendre hommage à toutes les personnes mobilisées sur leur lieu de travail en pleine pandémie de coronavirus.

La vidéo, postée ce lundi après-midi, notamment sur le compte Instagram de Nolwenn Leroy est rapidement devenue virale. Selon l’animatrice Karima Charni, qui a partagé l'extrait sur Twitter et que 20 Minutes a contactée, les images auraient été envoyées par le chanteur à plusieurs membres des Enfoirés.

« Merci »

Dans la vidéo, le chanteur, visiblement chez lui, chante devant son écran d’ordinateur. A la fin de la séquence, l’écran se divise en deux et laisse apparaître les photos de personnels soignants, mais aussi d’hôtesses de caisse et d’une boulangère, entre autres professions représentées, demandant aux Françaises et Français de respecter le confinement. Jean-Jacques Goldman leur adresse des « mercis ».

Dans les paroles modifiées, l’artiste fait ensuite référence aux « caissières », aux « éboueurs », aux « paysans », aux « facteurs », mais aussi aux « cadres » et aux « PDG » qui « pensent, têtus, avoir un rôle à jouer ».

Il changeait la vie, chanson figurant sur l’album Entre gris clair et gris foncé paru en 1987, célèbre le destin d’un cordonnier, d’un professeur et d’un « p’tit bonhomme » musicien qui, chacun à leur façon contribuent à « changer la vie ». La réactualisation du morceau au regard de l’actualité n’en est que plus pertinente.