César 2020: « On peut être Adèle ET Charlie », explique Nicolas Bedos

POLEMIQUE Sur Twitter, il a pris la défense de sa comédienne, Fanny Ardant, qui a été vivement critiquée pour avoir réaffirmé son soutien à Roman Polanski

L.Be.
— 
Nicolas Bedos et Fanny Ardant pendant les César 2020
Nicolas Bedos et Fanny Ardant pendant les César 2020 — Thierry Le fouille / SOPA Images/SIPA

Nicolas Bedos est revenu sur la cérémonie des César dans une interview au Parisien publiée ce mercredi. Le réalisateur de La Belle époque, film lauréat de trois césars (meilleur scénario original, meilleurs décors et meilleure actrice dans un second rôle pour Fanny Ardant) évoque la polémique. Pou rmémoire, Adèle Haenel avait quitté la cérémonie lorsque le prix de la meilleure réalisation a été attribuée à Roman Polanski.

Sur Twitter, il a pris la défense de sa comédienne, Fanny Ardant, qui a été vivement critiquée pour avoir réaffirmé son soutien à Roman Polanski.

« On se retrouve sur des listes noires »

« Dans cette broyeuse de nuances que constitue notre époque, la réaction de Fanny a pu être perçue comme de l’indifférence à la souffrance des victimes, alors que Fanny est beaucoup plus complexe et sensible que cela, a-t-il expliqué. Interrogée à chaud, elle a refusé d’accabler davantage un metteur en scène auquel elle est liée depuis des décennies. C’est son droit, son rapport intime à l’amitié et je n’ai pas à le juger. Je l’ai défendue parce que je sais sa noblesse d’âme. Je ne l’ai fait ni contre Adèle Haenel ni pour Polanski ». Et de reprendre : « On se retrouve sur des listes noires -comme aux pires périodes de l’Histoire. Cette période, bien que nécessaire, nourrit de telles passions qu’elle ne tolère aucune nuance et aucun paradoxe ».

Il a toutefois tenu à revenir sur la liberté d’expression artistique. « Un autre danger nous menace, celui que l’indignation légitime des oppressé-e-s rentre en collision avec un autre combat qui nous a tous soulevés le cœur en janvier 2015 : la liberté d’expression artistique et le refus de la moralisation de l’art. On peut être Adèle ET Charlie ».