Pascal Praud menacé : Le parquet ouvre une enquête, Sneazzy tente une explication

RAP Tandis que le rappeur Sneazzy fait part de sa « stupéfaction » face à un « détournement des paroles » de sa chanson, le parquet ouvre une enquête

S.L.

— 

Sneazzy en février 2020 à Paris
Sneazzy en février 2020 à Paris — Charlotte Deckers/SIPA

Après la polémique, l’explication de texte. Sneazzy a publié lundi soir sur ses comptes Twitter et Instagram un communiqué afin de calmer la polémique liée à sa chanson Zéro détail, sortie le 6 mars en duo avec Nekfeu. Le rappeur y fait part de sa « stupéfaction » concernant le « détournement des paroles » de son titre où il est question du journaliste Pascal Praud.

Le rappeur rappelle que s’il « jongle avec les mots/maux pour faire passer des messages et des émotions personnelles à travers des punchlines » ce n’est pas pour « viser ou mettre au ban qui que ce soit ». Et s’il nomme explicitement Pascal Praud sur le titre Zéro détail, c’est sa façon de défier « certains journalistes qui ont tendance à éditorialiser leur point de vue, ciblant très souvent le même groupe de personnes », qu’il « représente ici à travers la figure de M. Praud ».

« Je ne souhaite aucune violence »

Son communiqué revient également sur la punchline à l’origine de la polémique : «Les journalistes salissent l’islam, sont amateurs comme Pascal Praud. Ça mérite une balle dans le cervelet, le canon au fond de la bouche», lance-t-il dans sa chanson. Selon lui, « ça » n’est pas censé représenter le journaliste de CNews mais sa religion et « la haine qui peut exister contre les musulmans et la volonté de les faire taire, le tout imagé par la métaphore de la balle dans le cervelet (pour dire : "ne pensez plus") et du canon dans la bouche (pour dire : "ne parlez plus")». 

Sneazzy affirme enfin qu’il « n’(a) en aucun cas voulu attiser la haine ni proférer des menaces envers M. Praud. Je ne souhaite aucune violence, puisque je dénonce justement celle qui peut s’abattre sur la communauté musulmane. Je me battrai toujours pour que tout le monde ait le droit à la liberté d’expression. Car ma seule forme d’expression est ma musique et mes seules armes sont mes mots. »

Praud ne va pas porter plainte…

Lundi matin, Pascal Praud avait expliqué dans son émission L’Heure des pros que la « réflexion était en cours » et qu’il hésitait à prendre une action en justice tout en expliquant que « ces paroles tombent sous le coup de la loi et que les menaces de mort proférées sont punies sévèrement, par cinq ans de prison et 45.000 euros d’amende ».

Le journaliste a confié à Télé-Loisirs qu’il ne portera pas plainte contre les rappeurs Sneazzy et Nekfeu : « Quand tu portes plainte, tu fais de la pub à ces gens », a-t-il déclaré au journal.

… mais le parquet a ouvert une enquête

Toujours est-il que, selon L’Express, le parquet de Paris a ouvert une enquête à la suite de la sortie du clip pour « provocation non suivie d’effets à la commission d’un crime ou d’un délit par moyen de communication au public par voie électronique », enquête été confiée à la brigade de la répression de la délinquance contre la personne.

Paris Match a noté que depuis lundi, le clip Zéro détail n’était plus disponible sur YouTube.