Eurovision 2020: Gjon's Tears, demi-finaliste de «The Voice» France, représentera la Suisse

MUSIQUE Gjon's Tears chantera en français à l'Eurovision, cela faisait dix ans que la Suisse n'avait pas été représentée par un titre francophone

Fabien Randanne

— 

Le chanteur Gjon's Tears, candidat de la Suisse à l'Eurovision.
Le chanteur Gjon's Tears, candidat de la Suisse à l'Eurovision. — SRF

Gjon’s Tears représentera la Suisse à l’Eurovision en mai prochain, a révélé ce mercredi la chaîne SRF. Cet artiste de 21 ans est loin d’être un inconnu pour les fidèles de The Voice puisqu’il a été demi-finaliste de la saison 8 du télécrochet de TF1 l’an passé. Membre de l’équipe de Mika, il avait été éliminé aux portes de la finale par la future gagnante, Whitney.

« Quand je l’ai entendu aux castings, je l’imaginais parmi les gagnants potentiels. Il a une voix formidable, puissante », salue Bruno Berberes, le directeur de casting de The Voice, qui loue aussi la « gentillesse » du chanteur.

« On a beaucoup parlé Eurovision, il était prêt à faire Destination Eurovision », révèle celui qui officiait aussi dans les coulisses de l’émission que France 2 a décidé de ne pas reconduire pour une troisième édition en 2020. « Je l’avais aussi mis en contact avec la délégation albanaise de l’Eurovision », ajoute Bruno Berberes.

Jury international

Gjon’s Tears – Gjon Muharremaj à l’état civil – n’est pas non plus inconnu en Albanie. En 2010, il s’était hissé jusqu’en finale de la version locale d’Incroyable Talent en interprétant des chansons puisées dans le répertoire francophone, de Belle à Je t’aime.

Mais c’est donc son pays de naissance, la Suisse, dont il défendra les chances à l’Eurovision en mai avec Répondez-moi. Une chanson en français, qui a été sélectionnée par un panel de cent personnes censées être représentatives du public et un jury international de vingt professionnels du monde de la musique.

« Tout le monde se demande pourquoi on est ici, d’où on vient et vers quoi on va. Ces questions sont particulièrement importantes pour les personnes issues de l’immigration. Mes parents sont originaires d’Albanie et du Kosovo. Même si j’ai grandi en Suisse, que je considère comme mon pays d’origine, ce sont des sujets qui me touchent beaucoup », explique Gjon's Tears sur le site de l’Eurovision.

Joint par 20 Minutes ce mercredi après-midi après la révélation du morceau, Bruno Berberes se dit « sous le choc ». « Cette chanson a sa spécificité, son authenticité. Dès la première écoute – et c’est important à l’Eurovision – elle va droit au cœur, s’enthousiasme-t-il. Il est très rare que je ne me pose pas la question du visuel. Il y a un truc dans Répondez-moi qui fait que tu ne penses pas à la mise en scène. C’est une évidence, comme pour Toy ou Arcade [les deux dernières chansons victorieuses]. »

Francophonie

Côté statistiques, cela faisait dix ans que la Suisse ne s’était pas présentée au concours avec un titre francophone. En 2010, Michael von der Heide avait été éliminé en demi-finale avec son Il pleut de l’or.

Souhaitons un meilleur destin à Gjon’s Tears qui succède à Lucas Hänni, le chanteur suisse ayant obtenu une belle quatrième place à l’Eurovision l’an passé avec She Got Me.

Après Amir, sixième de l’Eurovision 2016 avec J’ai cherché, Gjon’s Tears est le deuxième ancien candidat de The Voice France à tenter sa chance au concours européen. Bilal Hassani, représentant français de l’an dernier – 16e au final – était quant à lui passé par The Voice Kids.

Les liens entre le télécrochet de TF1 et la compétition musicale internationale retransmise sur France 2 ne manquent pas. Lidia Isac, candidate moldave de 2016 avait participé à la saison 6 de The Voice un an plus tard. Lisa Angell candidate française malheureuse de l’Eurovision 2015 a passé avec succès les auditions à l’aveugle l’an passé mais son aventure ses arrêté avant les directs. Dans la saison en cours de diffusion sur la première chaîne, on peut suivre l’aventure de Maria, représentante de l’Irlande à l’Eurovision 1985. Elle fait partie de la team de Lara Fabian… qui avait représenté le Luxembourg lors de l’édition 1988.

Les larmes de Gjon

Si Gjon est le prénom de l’artiste, son pseudonyme provient de son rapport à la musique. « Qu’il s’agisse de transmettre de la joie, de la tristesse ou de la mélancolie, je veux toucher les gens avec mon public de toutes les manières possibles », explique le chanteur sur le site de l’Eurovision. Les larmes (« tears ») de son nom de scène peuvent donc s’entendre comme des larmes de joie ou de tristesse.