Hervé Bourges, grande figure des médias et de la francophonie, est mort à 86 ans

AUDIOVISUEL Hervé Bourges avait notamment dirigé TF1, France 2 et France 3, et RFI

20 Minutes avec AFP

— 

Hervé Bourges à Paris en 2015.
Hervé Bourges à Paris en 2015. — VILLARD/SIPA

Les chaînes de télévision aussi bien publiques que privées sont en deuil. Hervé Bourges, grande figure de l’audiovisuel français et fervent défenseur de la francophonie, est décédé dimanche à l’âge de 86 ans. Il est mort dans un hôpital parisien, entouré de son épouse et de proches, a notamment indiqué Olivier Zegna-Rata, qui fut son directeur de cabinet au Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA).

Ambassadeur de France auprès de l’Unesco

Journaliste, patron successif des chaînes de télévision TF1, France 2 et France 3, et de radio (RFI), Hervé Bourges avait été à la tête du CSA de 1995 à 2001. Outre ses rôles éminents dans les médias, Hervé Bourges fut aussi un militant anticolonialiste du temps de la guerre d’Algérie, un amoureux de l’Afrique et un fervent défenseur de la francophonie.

Né le 2 mai 1933 à Rennes en Ille-et-Vilaine, il fut diplômé de l’Ecole supérieure de journalisme de Lille (ESJ) en 1955. Sa vie fut ensuite un long parcours entre médias, politique et même diplomatie, un temps ambassadeur de France auprès de l’Unesco. Il avait signé en 2012 un dernier documentaire « l’Algérie à l’épreuve du pouvoir », avec le réalisateur Jérôme Sesquin.