VIDEO. Cannes : Assistant social et maraîcher, ces deux frères (pas vraiment pros) créent pourtant le « meilleur jeu de l’année »

SUCCESS STORY Oriflamme a remporté l'As d'or 2020 au Festival international des jeux, organisé de vendredi à dimanche sur la Croisette

Fabien Binacchi

— 

Adrien et Axel Hesling sont tout deux originaires de la région Auvergne-Rhône-Alpes
Adrien et Axel Hesling sont tout deux originaires de la région Auvergne-Rhône-Alpes — F. Binacchi / ANP / 20 Minutes
  • L’As d’or 2020, qui récompense le meilleur jeu de l’année, a été décerné à Oriflamme, créé par deux frères trentenaires.
  • Adrien Hesling est assistant social en Savoie et Axel officie comme ouvrier agricole dans l’Ardèche.
  • Il s’agit de leur premier jeu qui a pu être édité grâce à une première venue à Cannes en 2017.

Pour un premier coup, c’est un coup de maître. Ce jeudi soir à Cannes, les frères Hesling, deux trentenaires, ont décroché l’As d’or, la récompense très convoitée du Festival international des jeux pour Oriflamme. Et si c’est un exploit, c’est qu’il s’agit de leur première création et aussi parce qu’Adrien et Axel n’ont pas vraiment le profil. Le premier est assistant social en Savoie et le second officie comme ouvrier agricole dans l’Ardèche.

« Dans notre jeunesse, on était tout le temps fourré ensemble pour jouer. A des jeux de société, de figurines, de cartes… Et on modifiait déjà les règles, on essayait de créer de nouvelles mécaniques », explique Axel Hesling, 33 ans. Mais jamais jusqu’à avoir envie de publier. En 2014, alors que la vie rapproche à nouveau géographiquement les deux frères, leur idée d’un jeu dans l’univers médiéval va changer la donne.

Une success story née à l’intérieur même du festival cannois

Ils le présentent d’abord à leur famille. Et la sauce prend. Alors, ils décident de se lancer. Passés l’année suivante par le salon Octogone, à Lyon, pour commencer à montrer leur bébé à d’autres personnes, les frangins s’arrêteront aussi par le festival de Grenoble et vont surtout venir à Cannes, une première fois en 2017, pour se frotter au « plus grand rendez-vous du jeu en France ».

« On est allé au off [un espace ouvert à tous, où les auteurs peuvent tester leurs prototypes] et on l’a fait jouer au public. Tout est parti de là », raconte Adrien Hesling, 35 ans.

« C’est incroyable que l’on arrive jusque-là »

Ils rencontrent la maison d’édition Studio H qui décide de développer Oriflamme et son univers à la croisée de l’œuvre de Tolkien et de Game of Thrones dans un jeu de cartes tactique et très dynamique. Sorti en France en novembre, il est désormais distribué dans six autres pays (Allemagne, Angleterre, Belgique, Corée du Sud, Espagne et Italie).

« C’est incroyable que l’on arrive jusque-là avec un premier jeu. De là à imaginer que nous puissions ne faire que ça, je n’y crois pas. Gagner sa vie en créant des jeux, c’est très compliqué. Mais l’envie d’en faire d’autres est en tout cas là, tous les deux encore ensemble, mais aussi moi, tout seul de mon côté », confie Adrien Hesling.