Le monde traditionnel de la valse casse les codes de genre

DANSE Jeudi 20 février, deux cavalières ouvriront pour la première fois le bal de l’Opéra, à Vienne, avec une valse. Cette danse très codifiée cherche à se moderniser pour séduire un public plus jeune

Marie-Laetitia Sibille

— 

A droite, Sophie Grau et sa partenaire de valse, Iris Klopfer, vont ouvrir jeudi 20 février au soir le bal de l'Opéra, à Vienne.
A droite, Sophie Grau et sa partenaire de valse, Iris Klopfer, vont ouvrir jeudi 20 février au soir le bal de l'Opéra, à Vienne. — JOE KLAMAR / AFP
  • Jeudi soir à Vienne, deux jeunes danseuses vont rafraîchir l’étiquette du bal de l’Opéra en dansant une valse entre femmes pour la première fois dans l’histoire de cet événement.
  • Cette danse très technique possède des codes précis, qu’il s’agisse des postures, des habits comme des bals dans lesquels elle est pratiquée.
  • Mais un vent de modernité souffle sur les cours de valse et son apprentissage, illustré notamment par l’émission Danse avec les stars.

« Au premier temps de la valse, Toute seule tu souris déjà, Au premier temps de la valse, Je suis seul mais je t’aperçois. » En 1959, Jacques Brel était déjà en quête de sa partenaire de valse. En 2020, le jeudi 20 février, le bal de l’ Opera, prestigieux rendez-vous viennois, sera, lui, ouvert pour la première fois par un couple de même sexe. « C’est le bal des bals, et nous nous sommes dits : "Imaginons qu’on envoie une candidature" », raconte à l’AFP Iris Klopfer, arrivée à Vienne avec sa partenaire, Sophie Grau, pour les répétitions précédant le grand soir.

Originaires d’Allemagne, les étudiantes de 21 et 22 ans sont complices depuis leurs années lycée, mais ne sont en couple que sur les parquets de danse et pas dans la vie. « Ce que nous voulions au départ, c’est juste danser ici, rien de plus », explique Sophie Grau. Mais les deux élues souhaitent dire aussi « que ce que tu as dans le pantalon importe peu, pas plus que le corps dans lequel tu es né ».

Le bon choix du guide

Les organisateurs du bal assurent n’avoir accordé aucun passe-droit aux danseuses, ni modifié les critères de sélection qui incluent une maîtrise de la valse à gauche, dite « valse viennoise », avec son croisé de jambe. Qu’on ne s’y trompe pas, cette danse est très technique, voire physique : « Il faut porter sa partenaire, la faire cambrer. La personne qui va guider doit avoir assez de force », observe David Issaly, fondateur de Danse tous styles, qui emploie 42 professeurs dans toute la France, pour des anniversaires, des ouvertures de bals, etc., et des mariages.

« Pour les mariages gays, le choix du guide se fait assez naturellement au premier cours, et pas toujours selon l’idée de départ du couple. Ça peut même changer en cours de route. D’ailleurs, quand une femme qui danse bien se retrouve avec un partenaire plus amateur, souvent, intuitivement, elle se met à guider. »

Sophie Grau et Iris Klopfer lors des répétitions, avant le grand soir.
Sophie Grau et Iris Klopfer lors des répétitions, avant le grand soir. - JOE KLAMAR / AFP

« Tout le monde peut apprendre à guider et tout le monde peut apprendre à se laisser guider, observe, de son côté, Sophie Grauer. L’important, c’est le plaisir qu’on éprouve à danser ensemble. » Mais outrepasser la tradition a tout de même ses limites. Maria Grossbauer, coordonnatrice du bal de l’Opéra à Vienne, précise à son grand soulagement qu’Iris et Sophie « ont elles-mêmes souhaité qu’une des dames porte un frac noir et que l’autre dame porte une robe blanche », code vestimentaire indispensable à l’harmonie visuelle de la chorégraphie exécutée par les 144 couples.

Le regard vers l’extérieur pour ne pas voir les visages

Sur le site du bal des Parisiennes, le bal viennois organisé chaque année à Paris, l’affaire se corse. Il est indiqué aux participants qui souhaitent prendre des cours avant l’événement que « les candidatures sont évidemment validées en fonction de la parité. Si vous arrivez à convaincre une personne de l’autre sexe à candidater, votre candidature a de fortes chances d’être retenue en passant devant les candidatures seules. Nous encourageons les cavalières tout particulièrement à augmenter leurs chances en recrutant des cavaliers autour d’elle. » On est donc loin de l’image d’un couple de même sexe dansant la valse…

« Les bals ont toujours été très codifiés, surtout en valse, on est dans une posture Second Empire, souligne David Issaly. A l’époque, cette danse était cependant très novatrice : on pouvait danser avec une partenaire autre que son épouse, ce qui explique que chacun doive regarder vers l’extérieur, au-dessus de l’épaule droite de son partenaire. » La plupart des professionnels s’accordent finalement sur le fait que les danses traditionnelles doivent se moderniser pour séduire les jeunes : « Nous sommes en 2020. Iris et Sophie sont les bienvenues, comme tous les couples le sont », pense Maria Grossbauer.

Trouver un partenaire de danse sur Tinder

« Il n’y a qu’à regarder l’émission Danse avec les stars, où la valse se pratique sur des musiques commerciales et actuelles [ Sami El Gueddari et Fauve Hautot ont dansé une valse viennoise sur Je t’aime, de Lara Fabian, en 2019], et c’est sûrement ce qui a fait le succès du programme. Que la danse se renouvelle en fonction des évolutions de la société, c’est une bonne chose. Il faut que ça plaise aux trentenaires », estime David Issaly. Un couple d’hommes a d’ailleurs remporté la compétition pour la première fois en décembre 2019 dans son édition danoise. Pas sur de la valse, mais cela pourrait être une prochaine étape. Le directeur de l’Opéra de Vienne, Dominique Meyer, voit dans le couple des danseuses qui ouvrent le bal de jeudi soir « un message clair contre l’homophobie ».

Quoi qu’il en soit, il y a toujours des solutions pour ceux qui chercheraient un ou une partenaire de danse. Et pour Rose, c’est tout trouvé : « Je me suis inscrite sur Tinder en expliquant que je cherchais un partenaire pour un cours de lindy hop. Et ça a marché ! On danse encore ensemble, même si, pendant les cours, ça tourne très souvent, et les hommes peuvent se mettre en followers. » Une autre solution avait été trouvée par la Belle aux bois dormant : valser avec les animaux de la forêt.