We Love Green, Main Square Festival... Les déprogrammations continuent pour Koba LaD

MUSIQUE « Malgré les excuses publiques de l’artiste sur sa maladresse, les idées véhiculées sont contraires à l’état d’esprit du festival », ont commenté les organisateurs de We Love Green

20 Minutes avec AFP
— 
Le rappeur Koba LaD.
Le rappeur Koba LaD. — SADAKA EDMOND/SIPA

Prévu pour début juin à Paris, le festival We Love Green a lui aussi décider de déprogrammer mercredi le rappeur Koba LaD, qui a relayé sur ses réseaux sociaux l’approbation d’un infanticide homophobe. L’artiste a déjà été déprogrammé par plusieurs festivals dont le Main Square Festival à Arras, le Garorock à Marmande, le Dour Festival en Belgique, et le VYV Festival à Dijon. We Love Green explique sur Twitter qu’il a « toujours défendu la diversité et le respect d’autrui ». « Malgré les excuses publiques de l’artiste sur sa maladresse, les idées véhiculées sont contraires à l’état d’esprit du festival », ajoutent les organisateurs.



« Des "excuses" inappropriées et insuffisantes » pour SOS Homophobie

SOS Homophobie s’est associée « à la vague d’indignations suite aux insinuations intolérables du rappeur Koba LaD qui se réjouit du meurtre d’un jeune gay ». « Ses "excuses" inappropriées et insuffisantes peinent à masquer l’homophobie décomplexée dont il a fait preuve », twittait encore l’association nationale de lutte contre les LGBTphobies. Le rappeur avait relayé sur son compte Snapchat la capture d’écran d’un article de presse titré : « Ce père tue son propre fils de 14 ans parce qu’il était gay ». Cette image était assortie d’un émoji de deux mains qui se serrent et de la légende « Bien joué ».

Dans deux vidéos sur ses réseaux sociaux, le rappeur a tenté de se défendre. « Je ne suis pas homophobe, chacun pour soi, dieu pour tous. Je cautionne pas du tout le meurtre, ni l’enfant gay, rien à voir, hors sujet, c’est une incompréhension. Il faut souligner que le screen, les mains qui se serrent, le "bien joué", c’est pas moi qui l’ai marqué », peut-on d’abord voir. Koba LaD précise avoir partagé cette capture dans sa « foncedé ». Puis, dans une seconde séquence filmée, il dit s’être « mal exprimé », avant d’ajouter : « Je ne cautionne pas le meurtre. Après l’enfant gay franchement… chacun pour soi, dieu pour tous, voilà, là je suis en vacances, arrêtez de me prendre la tête ».