Halsey, chanteuse pop « bisexuelle, bipolaire et biraciale », s’apprête à conquérir la France

MUSIQUE L’artiste électro pop américaine, fait escale à Paris à l’occasion de la sortie de son album « Manic »

Nada Didouh

— 

Halsey, chanteuse pop américaine
Halsey, chanteuse pop américaine — Yonhap News/Newscom/SIPA

Un mois jour pour jour après la sortie de son album Manic, la chanteuse pop électro Halsey se produit lundi soir au Palais des Sports à Paris. Si son nom ne vous évoque rien, sachez que son concert affiche complet. Ultra-célèbre de l’autre côté de l’Atlantique, nommée aux Grammy Awards et lauréate du prix MTV « Artiste à suivre », Halsey, de son vrai nom Ashley Nicolette Frangipane a sa petite base de fans en France aussi. Les réseaux sociaux témoignent de son essor croissant à l’international : elle cumule 18.4 millions d’abonnés sur Instagram et 12.4 sur Twitter.

Depuis ses débuts en 2015, rien ne semble l’arrêter. Halsey cumule aujourd’hui plus de 23 milliards de streams et a vendu plus de neuf millions d’albums. Manic est son troisième.

En mars 2019, elle a même battu un record atypique en devenant la première artiste à s’être détrônée elle-même (deux fois !) à la première place du classement Air Songs de Pop Songs. Sa chanson Without Me a ainsi été certifié six fois single de platine, a été la chanson la plus jouée à la radio américaine en 2019 et a généré plus de 60 milliard de vues sur Youtube…

Des débuts en 2015

Avec ce troisième album, Halsey passe un cap et débute une tournée mondiale. « Tout ce que j’ose espérer, c’est que ma musique trouve une âme dans laquelle se nicher », annonçait-elle y a quelques jours sur Twitter, enchantée par le succès de son Manic World Tour.

L’autrice, compositrice et interprète américaine s’est fait connaître par le grand public en 2015. Elle publiait alors des covers et des parodies sur Youtube, SoundCloud et Tumblr. Ce n’est pas (seulement) la passion qui la pousse à se saisir un jour du micro. Halsey s’attelle surtout à la chanson car elle a besoin d’argent. Et son talent la sauve effectivement : Badlands, son premier album lance sa carrière. Elle est aussitôt désignée par le NME comme la « révélation pop 2015 ». La même année, elle collabore avec Justin Bieber, The Weeknd ou encore avec le groupe Imagine Dragons…

« Bisexuelle, bipolaire et biraciale »

Sur l’album Manic, Halsey signe un duo avec le boys band coréen BTS avec qui elle s’est liée d’une grande amitié depuis leur collaboration sur le morceau Boy with luv. La chanteuse a fait appel à Suga pour un duo interlude entre chant en anglais et rap en coréen, qui symbolise son explosion à l’international.

La musique de l’artiste de 25 ans, aux sonorités électro-pop, découle de son multiculturalisme, une source d’inspiration assumée. Sa mère est italienne, irlandaise et hongroise. Son père lui est afro-américain. De ce mélange est né un univers musical que l’on compare parfois à celui de Miley Cyrus. Au-delà de sa musique, c’est la personnalité et le franc-parler de Halsey qui séduisent sa communauté et lui valent chaque année de nouveaux fans venant du monde entier. Ses titres évoquent sans détour des thèmes comme la dépression, la santé mentale, la drogue, la sexualité, le droit des femmes et de la communauté LGBTQ +. Des thématiques qui touchent celle qui se définit comme « Bisexuelle, bipolaire et biraciale. »

Le 23 Janvier elle a confié à Jimmy Fallon, qui l’avait invitée à son Tonight Show, que contrairement aux deux précédents albums, qu’elle a publiés relativement jeune, Manic a pour but de « donner un aperçu de Ashley, la fille de Jersey, qui est bien plus que la Halsey sur scène, avec son micro et tous les trucs de spectacle ». Ashley ou Halsey, les fans parisiens sont déjà conquis.