Lille : « Je fais très attention à ne pas submerger le lecteur », raconte l’auteur d’un livre sur l’histoire des maires de Lille

Interview Dans son nouveau livre, l’historien Eric Vanneufville revient sur les différents maires qui ont dirigé la ville de Lille depuis la Révolution

Propos recueillis par Charlotte Cresson

— 

Présentation au Salon du livre, au Gymnase, Place Sébastopol (Lille)
Présentation au Salon du livre, au Gymnase, Place Sébastopol (Lille) — Les Lumières de Lille
  • Dans cette période d’élections municipales, l’historien lillois Eric Vanneufville relate l’histoire des maires qui se sont succédé à la tête de la ville.
  • Accessible à tout public, ce livre est truffé d’anecdotes.
  • La documentation, qui a permis d’écrire ce livre, provient principalement des archives municipales de Lille.

Il tombe à pic. A quinze jours des élections municipales, l’historien Eric Vanneufville nous propose un tour d’horizon des maires de Lille, de la Révolution française jusqu’à Martine Aubry. A travers son livre Petite histoire des maires de Lille (1790-2020)*, l’auteur nous emmène à la rencontre de la figure emblématique de la ville. Pour 20 Minutes, l’historien dévoile quelques anecdotes pittoresques.

Quelle est votre spécialité ?

Je suis spécialiste de l’Europe du nord-ouest et principalement des Flandres. Au début j’étais très porté sur le Moyen Age et finalement, j’ai remarqué que les autres périodes étaient, elles aussi, très intéressantes. Notamment la période de la conquête des Flandres par Louis XIV. Passionnant ! J’ai aussi participé à 25 spots de télévision sur Flandres TV.

Pourquoi avoir écrit ce livre ?

C’est la maison d’édition « Les lumières de Lille » qui me l’a commandé. Ce sera sûrement mon dernier livre. Vous savez, je vais avoir 70 ans et j’ai déjà écrit 26 livres.

Était-ce voulu que le livre paraisse pendant cette période d’élections municipales ?

J’ai été surpris ! Au départ il était prévu pour avril mais comme je l’ai terminé plus tôt, l’éditeur m’a proposé de le sortir avant les municipales. J’ai mis un an à l’écrire.

Quand on lit votre livre, on s’aperçoit qu’il est très détaillé. Quelles sources avez-vous utilisées ?

J’ai fait mes recherches aux archives municipales de Lille, sous le Beffroi de la mairie. Je me suis appuyé sur des documents d’état civil, des documents administratifs, les dossiers des maires et, à partir du Second Empire, on trouve aussi des articles de presse.

Illustration de Pierre Mauroy dans l'ouvrage
Illustration de Pierre Mauroy dans l'ouvrage - Frédéric Logez

A quel type de lecteur s’adresse ce livre ?

C’est vraiment pour tous publics. Je fais très attention à ne pas submerger le lecteur. Il faut aller à l’essentiel. Pour des étudiants en 1re année de licence d’Histoire qui travaillent sur la région, il est capital. On y découvre les événements sociaux, la misère ouvrière… Gustave Delory a connu la misère avant d’être maire, par exemple. La personne élue l’est vraiment en fonction de la politique en vigueur. Jusqu’en 1880, le maire est nommé par le pouvoir central. Donc, sous Louis XVIII, on va avoir Jean-Baptiste de Muyssart, ultraroyaliste. Sous Napoléon III, c’est Auguste Richebé, un proche de l’Empire, qui devient maire. Puis après 1880, le suffrage universel masculin se met en place. Les gens élisent un maire qui leur ressemble. C’est à partir de là que l’on commence à voir des maires comme Delory.

Quel est, pour vous, le maire de Lille qui a le plus marqué la ville ?

Donner un seul nom c’est difficile. J’en ai quatre qui me viennent à l’esprit. Pour moi, c’est d’abord Géry Legrand, un urbaniste fantastique. Puis je dirais Roger Salengro et Gustave Delory pour l’urbanisme social. Delory rénove le quartier Saint-Sauveur notamment. Et enfin, évidemment je citerais Pierre Mauroy parce qu’il a fait rentrer Lille dans la modernité tout en restant très humain. Il fait partie de ces grands maires qui développent l’économie tout en restant près du peuple.

Votre ouvrage est truffé d’anecdotes, vous en avez une à nous confier ?

J’en ai une, plutôt légendaire. La plus grande œuvre de Géry Legrand, c’était le Palais des Beaux-arts. Et pour rendre hommage à « la grandeur » de Géry Legrand, on a voulu installer une statue de lui dans une des niches du Palais. Sauf que « le grand Géry » l’était aussi en taille. La statue avait été faite selon ses proportions et elle était trop grande pour la niche.

* Eric Vanneufville, Petite histoire des maires de Lille (1790-2020), Les lumières de Lille, 2020, 151 p.

Il sera en dédicace, le 7 mars, au Furet du nord de Lille, à partir de 15 h.