VIDEO. Festival d'Angoulême : Esther et Pierrot, des « Vieux fourneaux », bouleversent les codes de la BD franco-belge

NOUVEAUX HEROS (3/3) À l'occasion du festival d'Angoulême, découvrez les nouveaux héros et héroïnes qui font vivre les planches de BD en général, et du genre franco-belge en particulier

Olivier Mimran

— 

La jeune Esther et le vieux Pierrot
La jeune Esther et le vieux Pierrot — Esther © R. Sattouf & Allary éd. / Pierrot © W. Lupano, P. Cauuet & éd. Dargaud
  • Oubliez Astérix, Tintin et même Goku. La bande dessinée a aujourd’hui de nouveaux héros et nouvelles héroïnes.
  • A l’occasion du festival de la BD d’Angoulême, 20 Minutes fait les présentations.
  • Aujourd’hui, deux héros de BD franco-belge : Esther et Pierrot, de la série « Les vieux fourneaux ».

Ils et elles ne s’appellent plus Astérix, Tintin, Mafalda, Clark ou Goku, mais Esther, Pierrot, Harley, Miles, Emma ou Legoshi. Si les « vieilles » têtes d’affiche de la bande dessinée sont toujours là, parfois dans le top des ventes, de nouveaux héros et nouvelles héroïnes ont pointé le bout de leur cartable, costume ou museau, et font vivre les planches des BD, comics et mangas.
À l’occasion du festival d’Angoulême, 20 Minutes fait les présentations avec, pour terminer, la jeune Esther et le retraité Pierrot, de la série Les vieux fourneaux.

Esther, des « Cahiers d'Esther »

S’il y a une héroïne populaire, c’est bien la jeune Esther : en seulement quatre albums, il s’est vendu plus de 500.000 exemplaires des Cahiers d’Esther , une série signée Riad Sattouf (également auteur de cet autre succès éditorial qu’est L’Arabe du futur). Le bédéaste-réalisateur y rapporte, depuis 2016 et à raison d’un volume par an, le quotidien d’une collégienne parisienne qui existe vraiment, puisqu’il s’agit de la fille d’un couple d’amis ! Cette dernière confie chaque semaine à l’auteur des anecdotes vécues. Leur retranscription sous forme de tranches de vie dessinées est, du coup, bluffante de réalisme. Ça explique probablement que la série séduise un très large public, et qu'elle ait été déclinée en série animée...

Alors qu’elle était âgée de 10 ans et entrait au CM1 au début de leur collaboration, la nouvelle héroïne de Sattouf est désormais une préadolescente très à l’aise dans ses baskets – quoique sujette aux préoccupations propres à son âge (son corps se transforme, elle est attirée par des garçons…). Plus une enfant, mais pas encore une adulte, la miss, que l’auteur a promis de « suivre » jusqu’à ses 18 ans, incarne parfaitement la jeunesse urbaine de 2020. C’est d’ailleurs grâce à cet ancrage dans la contemporanéité qu’Esther s’affirme, d’album en album, comme l’une des héroïnes de bande dessinée les plus modernes de sa génération.

Pierrot, de la série « Les vieux fourneaux »

Avec Antoine, Pierrot et Mimile, les papis prennent carrément le pouvoir ! Ecrite par Wilfrid Lupano et dessinée par Paul Cauuet, la série Les Vieux Fourneaux, dont les trois septuagénaires sont les héros depuis 2014, est l’un des plus gros cartons éditoriaux de ces dernières années. Il faut dire que, en cinq albums, le trio, de gros ronchons au cœur tendre, a eu le loisir de se faire apprécier : qui ne craquerait pas devant ces amis d’enfance qui, ayant passé leur vie à se rebeller contre toute forme d’autorité, poursuivent la lutte malgré les rhumatismes et croquent la vie à pleines dents ?

Il faut croire que les lecteurs de bandes dessinées francophones aiment les extrêmes, puisque les aventures déjantées de ce trio un peu anar totalisent déjà près de 600.000 exemplaires vendus – un chiffre exceptionnel –, sont traduites dans huit langues et ont fait l'objet, en 2018, d'une adaptation cinématographique. Un succès d’ailleurs annoncé dès Ceux qui restent, le premier volume, qui a reçu en 2015 le prix du public du festival de la BD d’Angoulême. Lupano et Cauuet, qui souhaitaient « parler de la famille, de notre époque, de la société par l’intermédiaire de personnages qui sortent des stéréotypes », ont gagné leur pari.