VIDEO. Festival d’Angoulême : Emma de « Promised Neverland » et Legoshi de « Beastars » bousculent le shônen manga

NOUVEAUX HEROS (1/3) A l'occasion du festival d'Angoulême, découvrez les nouveaux héros et héroïnes qui font vivre les planches de BD en général, et du manga en particulier

Vincent Julé

— 

Emma de «The Promised Neverland» et Beloshi de «Beastars», nouvelles héroïne et héros du manga
Emma de «The Promised Neverland» et Beloshi de «Beastars», nouvelles héroïne et héros du manga — YAKUSOKU NO NEVERLAND © 2016 by Kaiu Shirai, Posuka Demizu/SHUEISHA Inc. - BEASTARS © 2017 Paru Itagaki (AKITASHOTEN)
  • Oubliez Astérix, Tintin et même Goku. La bande dessinée a aujourd’hui de nouveaux héros et nouvelles héroïnes.
  • A l’occasion du festival de la BD d’Angoulême, 20 Minutes fait les présentations.
  • Aujourd’hui, on commence par deux héros de manga, Emma et Legoshi.

Ils et elles ne s’appellent plus Astérix, Tintin, Mafalda, Clark ou  Goku, mais Esther, Harley, Miles, Emma ou Legoshi. Si les « vieilles » têtes d’affiche de la bande dessinée sont toujours là, parfois dans le top des ventes, de nouveaux héros et nouvelles héroïnes ont pointé le bout de leur cartable, costume ou museau, et font vivre les planches des BD, comics et mangas. A l’occasion du festival d'Angoulême, 20 Minutes fait les présentations avec, pour commencer, Emma et Legoshi, héroïne et héros respectifs des mangas The Promised Neverland (Kazé) et Beastars (Ki-oon).

Emma de « The Promised Neverland »

Pendant longtemps, les héroïnes de manga étaient surtout des héroïnes de shôjo manga. Et si elles arrivaient à se faire une place (secondaire) dans les shônen, c’était le plus souvent avec des attributs masculins : le badass, la baston… ah et parfois le sexy ! Ce n’était pas la norme, mais la majorité. C’est pourquoi Emma de The Promised Neverland  fait un bien fou. Avec ses cheveux courts, ses yeux verts et sa petite taille, la fillette ne paie pas de mine, mais son intelligence, son courage et sa débrouillardise en font très vite la leadeuse des orphelins de Grace Field House.

Dans cet orphelinat a priori normal, les enfants coulent des jours heureux, sous la bienveillance de leur « Maman ». Mais un soir, Emma et d’autres camarades découvrent la terrible vérité, ils ne sont que du bétail pour des démons. Ils doivent s’échapper, et ils peuvent compter sur Emma.

Bien que prépublié dans le magazine Weekly Shonen Jump, le temple du shônen, The Promised Neverland tient plus du conte dark et cruel, reprenant et détournant les codes du survival, très en vogue actuellement dans le manga. Avec déjà 17 volumes (11 en France chez Kazé), une série animée et bientôt un film live, le titre est toujours dans le top 5 des meilleures ventes de manga au Japon.

Legoshi de « Beastars »

Son père, le mangaka Keisuke Itagaki, dessine les mecs les plus baraqués et les combats les plus frappés du manga dans la série Baki. Paru Itagaki, elle, dont la filiation n’a été révélée qu’après le succès, préfère croquer des animaux : lapins, mangoustes, labradors, cerfs… et un loup gris. Le grand méchant loup ? C’est toute la question de Beastars, où carnivores et herbivores (tous anthropomorphes) vivent en harmonie, à l’instar des élèves de l’école Cherryton. Consommation de viande interdite, dortoirs séparés en fonction des régimes alimentaires… Tout est fait pour refouler l’instinct des carnivores, à commencer par le héros Beloshi qui, derrière le cliché du grand méchant loup donc, cache une personnalité sensible, timide, et maladroite.

Mais les clichés ont la dent dure, et lorsqu’un alpaga est retrouvé déchiqueté, tous les yeux se retournent vers lui. Legoshi décide de mener lui-même l’enquête, alors qu’il développe des sentiments pour Haru, une lapine naine, et que se préparent les élections pour désigner le Beastar, le leader de l’école.

Avec le personnage de Legoshi et le manga Beastars, Paru Itagaki bouscule le petit monde du shônen, de ses héros et de ses auteurs, avec un dessin original et habité, et un récit palpitant et profond sur non pas l’homme mais l’humanité.