L'Académie des Beaux-Arts élit pour la première fois une dessinatrice de BD, Catherine Meurisse

BANDE-DESSINEE La dessinatrice de BD a été élue dans la section de peinture

20 Minutes avec AFP

— 

Catherine Meurisse rejoint l'Académie des Beaux-Arts.
Catherine Meurisse rejoint l'Académie des Beaux-Arts. — IBO/SIPA

L'Académie des Beaux-Arts a élu ce mercredi pour la première fois dans sa section de peinture une dessinatrice de BD, Catherine Meurisse, qui a un temps travaillé pour Charlie Hebdo, a annoncé l’Institut de France.

Dans un tweet, le ministre de la Culture Franck Riester a salué « une très belle reconnaissance pour le neuvième art ». La dessinatrice est en effet l’une des marraines de « BD 2020 », l’année de la bande dessinée lancée par le ministre. Elle est également en lice pour le Grand Prix 2020 du Festival international de BD d’Angoulême.

Première BD publiée en 2005

Catherine Meurisse a été élue au 1er tour de scrutin au fauteuil précédemment occupé par Arnaud d’Hauterives (1933-2018). La section de peinture est désormais composée de huit membres : Pierre Carron, Guy de Rougemont, Yves Millecamps, Philippe Garel, Jean-Marc Bustamante, Gérard Garouste, Fabrice Hyber et Catherine Meurisse.

Née en 1980, dessinatrice de presse, illustratrice pour la jeunesse et auteure de bande dessinée, sa première publication en tant qu’illustratrice de BD datait de 2005, sur un texte d’Alexandre Dumas Causerie sur Delacroix.

Erudition et humour

La même année, elle avait rejoint l’équipe de Charlie Hebdo. Elle a dessiné également pour Libération, Causette, Télérama, L’Obs, illustré des livres jeunesse chez Bayard, Gallimard, Nathan, Sarbacane, Phaidon, et dessiné pour de nombreux magazines jeunesse, comme Okapi, DLire, Wapiti ou Eurêka.

Elle a signé plusieurs bandes dessinées mêlant érudition et humour, qui se caractérisent par le dialogue entre les arts : Mes Hommes de lettres, Le Pont des arts, Moderne Olympia… Publiée en 2016, sa bande dessinée La Légèreté, en partie écrite lors d’une courte résidence à la Villa Médicis à Rome en 2015, raconte son retour à la vie et au dessin, après l’attentat contre Charlie Hebdo.

En 2017, dans le cadre du festival « Concordan(s) e », elle a créé avec la chorégraphe américaine DD Dorvillier une pièce qui explore le mythe des Niobides. Aux éditions Dargaud, elle a publié en 2019 Drôles de femmes, en collaboration avec Julie Birmant, un recueil de portraits de femmes du spectacle, telles que Yolande Moreau ou Anémone.