Oscars 2020 : Et les films injustement oubliés des nominations sont…

CINEMA La 92e cérémonie des Oscars 2020 se déroulera le 9 février, avec des absents de marque

Fabien Randanne
— 
Florence Pugh (au centre) dans «Midsommar».
Florence Pugh (au centre) dans «Midsommar». — A24
  • La liste des nominations aux Oscars 2020 a été révélée ce lundi. Les trophées seront décernés le 9 février à Los Angeles.
  • Hormis les six nominations accordées au film sud-coréen « Parasite », dont meilleur film et meilleur réalisateur, il n’y a pas vraiment de grande surprise dans cette liste.
  • Cependant, l’absence de plusieurs films est à déplorer. « Ad Astra », « Us » ou encore « Midsommar », malgré leurs qualités, n’ont décroché aucune nomination.

Joker, Once Upon A Time… in Hollywood, The Irishman… La liste des nominations à la 92e cérémonie des Oscars dévoilée ce lundi n’a rien de très surprenant. Les films américains les plus médiatisés en 2019 se taillent la part du lion et la seule vraie bonne surprise réside dans les six nominations de Parasite. La perspective de voir le film sud-coréen de Bong Joon-ho triompher au nez et à la barbe des stars hollywoodiennes le soir de la cérémonie, le 9 février, est très réjouissante. Hélas, comme tous les ans, de nombreux « oublis » sont à déplorer. Comme Cats, par exemple, (non là, on rigole). Passage en revue des principaux snobés.

  • « Portrait de la jeune fille en feu »

Quitte à être taxé de chauvinisme, avouons que l’on espérait secrètement une belle surprise pour Portrait de la jeune fille en feu. Ecarté de la course à l’Oscar du meilleur film international sous la bannière française au profit des Misérables de Ladj Ly – qui tentera de disputer la statuette à Parasite – le long-métrage de Céline Sciamma a été très remarqué dans la galaxie cinéphile d’outre-Atlantique où il a été couvert d’éloges.

Si la perspective de voir les actrices Adèle Haenel et Noémie Merlant nommées semblait complètement folle – notamment au regard de la concurrence dans cette catégorie –, imaginer la directrice de la photographie Claire Mathon nommée en « meilleur photo » n’avait rien de saugrenu. Notre orgueil tricolore n’a cependant pas de raison de grimacer. Les Misérables (film international), J’ai perdu mon corps (long-métrage d’animation) et les courts-métrages Mémorable et Nefta Football Club seront là pour représenter le cinéma français. Le compositeur Alexandre Desplats lui, sera en lice pour la musique originale des Filles du docteur March. Il s’agit de sa dixième nomination aux Oscars depuis sa toute première en 2007 – il a été primé en 2015 et 2018.

  • « Midsommar »

Les années se suivent et, hélas, se ressemblent pour Ari Aster. En 2018, Hérédité, son premier film avait fait sensation avec son intrigue inattendue et pleine de rebondissements. Cette proposition pleine d’audace réveillait un cinéma de genre habitué à répéter les mêmes codes usés jusqu’à la corde mais elle n’avait décroché aucune nomination aux Oscars 2019. Cette année, rebelote avec Midsommar, qui a fait frissonner le public l’été passé avec son scénario plongeant une bande d’étudiants américains dans une communauté suédoise ayant une drôle de manière de célébrer le solstice de juin.

Ce long-métrage, entre bad trip et réjouissant dézingage des aspects toxiques de la masculinité, aurait eu sa place dans la course à l’Oscar du meilleur scénario original. Voir Florence Pugh nommée à l’Oscar de la meilleure actrice aurait semblé couler de source. La comédienne peut quand même espérer remporter une statuette en février : elle est en lice à l’Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle pour sa performance en Amy dans Les filles du docteur March.

  • « Us »

Les années se suivent et, hélas, ne se ressemblent pas pour Jordan Peele. Il y a deux ans, son premier long-métrage, Get Out, avait récolté l’Oscar du meilleur scénario original et avait été nommé dans les catégories meilleur réalisateur, meilleur film et meilleur acteur (Daniel Kaluuya). Cette satire dénonçant le racisme ordinaire par le biais d’un héros noir en visite pour la première fois au sein de sa belle-famille blanche avait fait mouche auprès des votants.

Us, le deuxième film de Jordan Peele, a, cette année, été complètement « oublié » par l’Académie des Oscars. Cette histoire d’un week-end familial cauchemardesque sur la côte californienne était peut-être trop complexe. Or, Lupita Nyong’o, aurait mérité d’avoir sa chance parmi les meilleures actrices.

  • « Ad Astra »

« Nul n’est prophète en son pays », dit l’adage. James Gray en est la preuve vivante. Depuis son premier long-métrage, The Yards, en 2005, le cinéaste américain peut compter ses nominations aux Oscars sur les doigts d’une main sans doigt. Parmi ses meilleurs films figurent La Nuit nous appartient, Two Lovers ou The Lost City of Z… mais tous ont été consciencieusement snobés par l’Académie des Oscars. « Sa carrière, lente et pleine d’obstacles, aligne les refus de se plier aux diktats de l’industrie de l’entertainment made in Hollywood, qui persiste à ne pas comprendre sa singularité », écrivait en 2017, Jean-Samuel Kiegk dans un article pour Rockyrama intitulé « James Gray ou l’incompréhension permanente »

Le phénomène se reproduit cette année avec Ad Astra, sorti cet automne. Soit l’histoire d’un astronaute (Brad Pitt) qui profite d’une mission dans l’espace pour tenter de retrouver son père. Le film aurait parfaitement pu prétendre à plusieurs nominations, notamment dans les catégories dites « techniques » (effets visuels, mixage sonore, production design…). Il serait temps que le cinéma américain commence à prendre conscience que James Gray est l’un de ses meilleurs représentants.

  • Et pour quelques oublis de plus…

« Félicitations messieurs », a glissé la comédienne Issa Rae après avoir annoncé les noms des cinq cinéastes en lice pour l’Oscar du meilleur réalisateur. Un compliment qui pouvait aussi être entendu avec ironie : aucune réalisatrice ne figure dans la shortlist cette année. Or, Greta Gerwig, par exemple, y aurait parfaitement eu sa place son adaptation des Filles du Docteur March – qui compte par ailleurs cinq nominations. Lulu Wang aurait pu y apparaître en outsider avec L’adieu – The Farewell. Ce dernier long-métrage n’est en lice pour aucun trophée alors que l’on aurait pu s’attendre à ce que Awkwafina, lauréate d’un Golden Globe pour ce film, soit retenue dans la course.

Petite déception aussi pour The Lighthouse qui décroche une nomination méritée en catégorie meilleure photographie mais pas davantage. C’est quand même un miracle que le film de Robert Eggers n’ait pas été mis de côté tant sa facture quasi expérimentale apparaît clivante. Il ne fallait pas non plus être trop gourmand en espérant que le bluffant travail d’acteur de Robert Pattinson et Willem Dafoe soit distingué par une nomination.