CES Las Vegas 2020: C’est quoi cette histoire d'« humains artificiels » de Samsung ?

DEJA DANS LE FUTUR Depuis quelques jours, le mystérieux projet Neon n’arrête pas de teaser sur le futur humain artificiel

L. Be.

— 

Une image tweetée par Pranav Mistry, à la tête du projet Neon, de Samsung.
Une image tweetée par Pranav Mistry, à la tête du projet Neon, de Samsung. — CAPTURE TWITTER
  • Samsung entend profiter du CES de Los Angeles pour dévoiler son projet Neon.
  • Les travaux des équipes du projet Neon se focalisent sur la création d’avatars humains photoréalistes capables de développer une véritable personnalité de manière autonome.
  • Pranav Mistry, à la tête du projet, n’a pas peur d’annoncer l’arrivée de machines humaines.

Cela fait près d’une semaine que le monde est entré dans une nouvelle décennie et on commence déjà à en voir les premiers signes. Alors que le plus grand salon dédié aux nouvelles technologies, le CES de Las Vegas, ouvre ses portes mardi, Samsung attise la curiosité autour des humains artificiels de son projet Neon. Sommes-nous sur le point d’entrer dans un Westworld version réelle où l’homme interagirait avec des machines dotées d’une vraie personnalité ? Si le géant coréen n’a pas lâché grand-chose jusqu’ici, 20 Minutes fait le point sur cette annonce futuriste.

Coup de pub ou réalité de demain ? En tout cas, on ne pourra pas dire que Samsung ne maîtrise pas l’art du teasing. « Have you ever met an artificial » (avez-vous déjà rencontré un artificiel), a tweeté fin décembre le compte Twitter Neon, en légende de plusieurs photos de visages humains. Entre une vidéo de méduse et des images psychédéliques, Pranav Mistry le directeur de recherche de Samsung Research America à la tête du projet Neon, annonce : « Prêt pour la présentation de Core R3 ».

Cette technologie, qui n’a rien à voir avec l’assistant virtuel Bixby de Samsung, entend faire passer un nouveau cap à l’intelligence artificielle.

Les humains virtuels, bientôt une réalité

Neon est une technologie d’avatars réalistes qui peuvent « créer de manière autonome de nouvelles expressions, de nouveaux mouvements, de nouveaux dialogues (même en hindi), complètement différents des données initialement utilisées pour les créer », peut-on lire dans le même tweet. En gros, des êtres numériques autonomes et dotés d’une personnalité bien à eux.

Pranav Mistry donne un peu plus de détails sur ces humains artificiels dans une interview au quotidien d’affaires indien, LiveMint, publiée le 23 décembre. Et selon lui, ces avatars devraient avoir un grand rôle à jouer dans la prochaine décennie.

« Les films regorgent d’exemples où l’intelligence artificielle débarque dans notre monde, souligne-t-il. Dans Blade Runner 2049, l’officier K tisse une relation avec Joi, son hologramme. Alors que les films peuvent perturber notre sens de la réalité, les "humains virtuels" ou les "humains numériques" seront la réalité. » Ils pourraient même faire partie de notre vie quotidienne sous la forme de présentateurs virtuels, de réceptionnistes et même de stars de cinéma. De même, l’homme bionique [augmenté par les technologies] pourrait devenir réalité et le film L’homme bicentenaire, de Chris Columbus, a donné un bon aperçu de son potentiel.

Un monde où « les machines sont humaines »

« Les bras et les jambes bioniques rétablissent déjà l’indépendance des amputés. Les scientifiques sont capables de connecter l’esprit des gens aux machines, reprend Pranav Mistry dans l’article de LiveMint. Des études sur des animaux ont dévoilé le potentiel des implants de neurones bioniques pour envoyer et recevoir des signaux neuronaux, avec de futures applications pour aider à restaurer les circuits cérébraux défaillants ou à surmonter la paralysie ». Il exhorte à évoluer « vers un monde où les humains sont des humains et les machines sont humaines ».

Mais, entre le cinéma et la réalité, tout reste à faire. En ce mois de janvier 2020, l’intelligence artificielle n’a rien de comparable avec les réplicants de Blade Runner, les assistants virtuels sont loin d’être capables de tenir une discussion amicale ou amoureuse comme Samantha (Scarlett Johansson) dans Her et on n’a pas vu la couleur des humains augmentés annoncés par Neuralink, l’entreprise américaine de neurotechnologie cofondée par Elon Musk.

Plus que quelques heures à attendre pour découvrir si Neon sera à la hauteur des attentes. Jusqu’ici, l’entreprise « nous offre surtout de la hype », observe The Verge avant d’ironiser sur la lourdeur du « ALIVE » [en vie] écrit en rouge sur l’image twittée par Pranav Mistry. Il n’y a plus qu’à attendre le lever de rideau pour savoir si, oui ou non, le monde est prêt à accueillir des humains artificiels. Suspense.