VIDEO. Golden Globes 2020: De Michelle Williams à Tom Hanks, les temps forts de la cérémonie

RECOMPENSES La 77e cérémonie des Golden Globes s'est déroulée à Los Angeles ce dimanche

Fabien Randanne

— 

Michelle Williams sur la scène des Golden Globes, à Los Angeles, le 5 janvier 2020.
Michelle Williams sur la scène des Golden Globes, à Los Angeles, le 5 janvier 2020. — Paul Drinkwater-Handout Photo vi/SIPA
  • La 77e édition des Golden Globes, cérémonie durant laquelle l’Association de la presse étrangère à Hollywood décerne des prix aux séries et films de l’année écoulée, s’est tenue ce dimanche à Los Angeles.
  • La soirée était animée par le comédien britannique Ricky Gervais, connu pour son humour sarcastique.
  • Parmi les lauréats figurent Michelle Williams, qui a livré un discours engagé pour le droit à l’avortement, et Awkwafina, première artiste asio-américaine primée aux Golden Globes en catégorie cinéma.

Si le palmarès n’a pas réservé de grande surprise, la 77e cérémonie des Golden Globes, organisée ce dimanche à Los Angeles, n’a pas manqué de moments forts. Nous avons sélectionné cinq instants marquants de cet événement au cours duquel l’Association de la presse étrangère d’Hollywood a récompensé les meilleurs films et séries.

Ricky Gervais, maître de cérémonie au vitriol

Ricky Gervais n’a pas failli a sa réputation et n’a rien perdu de son humour corrosif. Le comédien britannique, qui animait pour la cinquième fois la cérémonie des Golden Globes, a multiplié les piques au vitriol, plus ou moins inspirées, lors de son discours d’ouverture. Il a ainsi salué la « superbe » série The Morning Show, « sur l’importance de la dignité et de bien agir » pour mieux étriller Apple TV +, la plateforme qui la produit, car elle détient des « sweatshops » (des ateliers où les travailleurs sont exploités) en Chine. « Apple, Amazon, Disney… Si Daesh lançait une plateforme de streaming, vous appelleriez votre agent, n’est-ce pas ? », a-t-il poursuivi devant un parterre d’acteurs et d’actrices ayant tourné dans des fictions produites par ces entreprises.

« Si vous gagnez un trophée ce soir, ne faites pas de discours politique, vous n’êtes pas les mieux placés pour donner des leçons au public. Vous ne connaissez rien au monde, vous avez passé moins de temps à l’école que Greta Thunberg », a asséné Ricky Gervais. L’humoriste a cependant fait preuve de clémence à l’égard de Netflix qui finance sa série Afterlife, dont il n’a pas manqué de faire la promotion.

Michelle Williams a livré LE discours de la soirée

Michelle Williams a été sacrée meilleure actrice pour son rôle dans la mini-série Fosse/Verdon. Dans son discours de remerciement, elle a déclaré être « heureuse de vivre à une époque dans notre société où existe la possibilité de choisir, parce qu’en tant que femmes et filles, il peut arriver à nos corps des choses que nous n’avons pas choisies. » « J’ai pu diriger ma carrière et je n’aurais pas été en mesure de le faire sans exercer le droit des femmes à choisir, de choisir à quel moment j’aurai mes enfants, et avec qui avoir mes enfants », a-t-elle ajouté en évoquant le droit à l’IVG, remis en cause dans plusieurs Etats américains ces derniers mois.

« Mes choix ne sont pas forcément les vôtres, mais grâce à Dieu, ou qui ce soit pour vous, nous avons la chance de vivre dans un pays où, en tant que femme, en tant que personne, j’ai le droit de vivre selon ma confession. Vous pouvez vivre selon votre confession », a continué Michelle Williams, avant d’appeler les femmes à voter à la présidentielle américaine de 2020. « Faites-le selon vos intérêts, parce que les hommes votent pour leurs intérêts depuis des années, et c’est pour ça que le monde leur ressemble. N’oubliez pas que nous, les femmes, avons le plus de poids électoral dans ce pays. Faisons en sorte que le monde nous ressemble davantage. »

« Parasite », la victoire des sous-titres

Parasite, Palme d’or du dernier Festival de Cannes, est l’une des œuvres les plus marquantes de l’année 2019. Si bien que, ces dernières semaines, ce film sud-coréen a fait une belle razzia de trophées outre-Atlantique où il a été sacré meilleur film par diverses associations de critiques, de Los Angeles à New York en passant par Seattle. Sans grande surprise, il a décroché le Golden Globe du meilleur long-métrage non-anglophone et confirme son statut d’archi-favori pour l’Oscar du meilleur film international.

Son réalisateur, Bong Joon-ho, a cependant profité de son discours pour adresser un message au public américain généralement peu friand de films non-anglophones : «Une fois que vous aurez surmonté la barrière des sous-titres, vous découvrirez tellement plus de films magnifiques».

Awkwafina, la pionnière

Awkwafina est entrée dans l’histoire des Golden Globes en devenant la première asio-américaine récompensée d’un Golden Globe en catégorie cinéma. La rappeuse et comédienne de 31 ans a en l’occurrence été primée pour son rôle dans L’Adieu – The Farewell, attendu dans les salles françaises à partir du 8 janvier. Awkwafina n’a cependant pas relevé cette première et a misé sur l’humour, suggérant qu’elle pourrait revendre son trophée en cas de coup dur.

L’émotion de Tom Hanks

Brad Pitt s’est imposé dans la catégorie meilleur acteur dans un second rôle pour Once Upon A Time… In Hollywood, devant notamment Tom Hanks nommé pour sa prestation dans Un ami extraordinaire (qui sortira en France le 25 mars). Ce dernier a pu se consoler avec le Cecil B. DeMille Awards qui lui a été remis dans le cadre de la cérémonie afin d’honorer l’ensemble de sa carrière.

Pris par l’émotion, Tom Hanks a notamment remercié sa famille, sa « femme fantastique qui [lui] a appris ce qu’était l’amour » et ses « cinq enfants qui sont plus forts et plus sages que leur père ». La star s’est amusée à prétexter un rhume pour expliquer ses yeux mouillés.