Réforme des retraites : Les danseurs de l'Opéra de Paris envoient valser la proposition du gouvernement

DANSE Le gouvernement proposait de ne faire appliquer la réforme des retraites que pour les générations futures de danseurs d’Opéra

J.-L.D.

— 

Des danseuses de l'Opéra de Paris en grève
Des danseuses de l'Opéra de Paris en grève — STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Les danseurs de l'Opéra de Paris sont bien décidés à défendre la retraite de leur profession. Dans un communiqué partagé le 24 décembre sur Facebook, les artistes ont fait savoir leur désaccord au gouvernement, qui proposait la veille de ne faire appliquer la réforme des retraites qu’à partir de 2022, soit aux futures générations de petits rats.

« Il nous est proposé d’échapper personnellement aux mesures, pour ne les voir appliquées qu’aux prochaines générations. Mais nous ne sommes qu’un petit maillon dans une chaîne vieille de 350 ans. Cette chaîne doit se prolonger loin dans le futur : nous ne pouvons pas être la génération qui aura sacrifié les suivantes », ont-ils répondu.

Départ à la retraite à 42 ans

L’Opéra et la Comédie-Française sont les deux seules institutions culturelles qui seront touchées par la réforme des retraites. Pour le moment, les danseurs de l’Opéra de Paris déposent leurs chaussons à 42 ans. Un âge dû à la pénibilité du métier, des blessures.

Pour répondre à cette impossibilité de fouler les parquets de l’Opéra à cet âge, le gouvernement propose « un dispositif de reconversion professionnelle ». Mais pas de quoi convaincre les rats d’Opéra, qui ont également précisé dans leur communiqué que « l’élimination de notre caisse de retraite, qui incarne l’union entre toutes les générations de nos plus de 70 métiers, pour nous faire rentrer de force dans un régime qui ne nous correspond pas du tout, achèverait de détruire l’équilibre fragile de notre collectif de travail. »