Amiens : Une belle Vénus de 23.000 ans exhumée par les archéologues

ARCHÉOLOGIE Une découverte exceptionnelle dans un gisement préhistorique pourtant connu de longue date

Mikaël Libert

— 

La Vénus de Renancourt.
La Vénus de Renancourt. — Inrap

Trésor des profondeurs. L’été dernier, une nouvelle campagne de fouilles archéologiques sur le site de Renancourt, à Amiens, a été menée par l’Inrap sur prescription de la Drac. Elle a notamment permis de mettre au jour une statue de femme paléolithique présentée pour la première fois ce mercredi. Cette « Vénus » gravettienne est dans un état de conservation exceptionnel malgré son âge très (très très très) avancé.

La taille ne fait pas tout puisque ce que les archéologues considèrent comme une sculpture exceptionnelle ne mesure que quatre centimètres de haut. La Vénus, sculptée dans de la craie, s’inscrit dans la pure « tradition stylistique gravettienne » : volume du fessier et cuisses et seins hypertrophiés. Ces caractéristiques sont similaires à celles d’autres statues retrouvées notamment en Haute-Garonne ou en Autriche.

Un gisement préhistorique très prolifique

La belle dame a sans doute été oubliée sur place il y a 23.000 ans, par une tribu de chasseurs gravettiens qui a occupé le site « quelques semaines » en pleine période glaciaire. A ce même endroit, depuis 2014, les archéologues ont mis au jour 14 statuettes attribuées à cette peuplade. Un gisement exceptionnel puisqu’il représente environ la moitié des Vénus répertoriées en France.

Toutes les découvertes effectuées sur le gisement préhistorique de Renancourt, et elles sont nombreuses, seront déposées au musée de Picardie dès lors que les scientifiques auront terminé leurs études.