Mourad, le jeune prodige du piano a sorti son premier album le 8 novembre.
Mourad, le jeune prodige du piano a sorti son premier album le 8 novembre. — Adrien Max / 20 Minutes

MUSIQUE

Marseille : L'ultra sollicitation du jeune prodige du piano Mourad Tsimpou

Mourad Tsimpou, 15 ans, est un jeune prodige du piano qui vient de sortir son premier album « Prémices » après avoir été repéré en jouant sur le piano de l’hôpital de la Timone

  • Mourad Tsimpou, un adolescent de 15 ans originaire des quartiers Nord de Marseille, a été repéré sur les réseaux sociaux après ses performances sur le piano de l’hôpital de la Timone.
  • Depuis, il a signé chez Universal et sorti Prémice, son premier album.
  • Il doit faire face à de nombreuses sollicitations, ce qui n’est pas facile à gérer pour un adolescent de 15 ans.

Ses mains fusent sur les touches tandis que ses mots restent accrochés au fond de sa gorge. Mourad Tsimpou joue du piano comme il respire, et c’est sûrement la raison pour laquelle il vient de sortir son premier album, Prémices, chez Universal. Un premier album à seulement 15 ans pour ce gamin originaire de la cité de la Castellane à Marseille, celle qui a vu grandir Zidane. Mais surtout un premier album pour un ado qui passe son brevet cette année et qui n’écoutait pas de musique, il y a cinq ans encore.

C’est une rencontre en 2015 avec Marianne Suner, une artiste de l’association Vivier Opéra Cité (VOC), œuvrant pour des créations musicales participatives avec les habitants, qui va faire basculer son destin. « J’intervenais dans une école de la cité de La Castellane le lendemain d’une terrible fusillade. Tous les élèves étaient dévastés. Je me suis dit qu’on allait juste faire de la musique. Mourad a commencé à chanter, j’étais très impressionnée de ce qui sortait de cet enfant. J’ai convaincu ses parents pour qu’il fasse un bout de chemin avec l’association », relate Marianne. Une révélation alors que Mourad n’écoutait pratiquement pas de musique. « Il a été plongé dans un opéra contemporain et ce truc lui a parlé directement », poursuit-elle.

Repéré par André Manoukian

Elle l’emmène aux répétitions, puis le ramène jusque chez lui à la cité de la Castellane pratiquement quotidiennement. Au cours de ces répétitions, il accède à une guitare et à un piano. « J’ai écouté du piano, j’ai regardé des tutos sur Internet et j’ai joué », relate-t-il timidement. Marianne confirme : « A la fin de la répétition, il s’est mis au piano et a ressorti tout ce qu’il a emmagasiné. Il a une mémoire musicale de dingue. »

Lorsque le piano d’occasion que ses parents lui ont offert à Noël tombe en panne, il part jouer sur celui de l’hôpital de la Timone. « J’y suis allé dès que j’en avais l’occasion pour jouer. Pendant que je jouais quelqu’un m’a filmé », explique-t-il. Les vidéos de ses prouesses inondent rapidement les réseaux sociaux et propulsent médiatiquement Mourad. Au point qu’André Manoukian le repère, et qu’Universal contacte Marianne pour le signer.

Un buzz « pas forcément pour les bonnes raisons »

Après un an de travail avec « plaisir malgré les heures passées en studio » et une rencontre avec André Manoukian, Mourad a sorti son premier album Prémices, le 8 novembre dernier. La fierté de sortir un album, mais aussi de nouvelles difficultés à gérer.

« A 15 ans, on doit mener une vie normale, et ce qui lui arrive n’est pas normal. Il y a eu une énorme médiatisation parce qu’il est noir, qu’il vient de la Castellane et qu’il joue du piano. Tout le monde lui demande de raconter son histoire, le buzz est arrivé trop tôt et pas forcément pour les bonnes raisons », estime Marianne Suner, qui gère seule sa carrière.

Un déménagement dans le quartier de la Joliette, un changement de collège, une nouvelle notoriété, une multitude de sollicitations. « Je ne sais pas comment gérer », admet Mourad. « Des gens changent, d’autres ne changent pas, je m’en fous complètement. Avant quand je venais, c’était normal, maintenant c’est le ouaï [bazar]. Mais je suis heureux de faire de la musique, si je ne l’étais pas je le dirai tout de suite », rassure Mourad.

« Il n’est pas préparé à ça »

Mourad et Mariane tentent de tirer le positif de cet intense surmenage. « La dernière fois, on lui a proposé de jouer en live avec Soprano quatre jours avant, il a dû apprendre le morceau très rapidement. Ça le fait avancer plus vite musicalement, mais il ne faut pas non plus imaginer que c’est un Dieu capable de tout faire. Pour moi, c’est beaucoup trop rapide et il y a le risque que ça se dégonfle aussi rapidement que c’est monté », s’inquiète-t-elle.

Mourad Tsimpou a joué Jump (de Van Halen) en direct au Vélodrome, le 29 novembre 2019, avant OM-Brest.
Mourad Tsimpou a joué Jump (de Van Halen) en direct au Vélodrome, le 29 novembre 2019, avant OM-Brest. - J. Saint-Marc / 20 Minutes

Rien que le week-end dernier, il a été suivi pendant trois jours par les caméras de M6 pour l’émission 66 Minutes. Tandis qu’Universal a voulu en profiter pour tourner un clip dans le même temps. Vendredi soir, il jouait Jump devant 50.000 personnes au stade Vélodrome pour l’arrivée des joueurs, « un truc de fou », dira-t-il après avoir répété seulement trois fois. Le lendemain il était au Pharo pour se produire lors d’une conférence TedX. « Il n’avait pas tellement le trac, c’est ça qui est incroyable. Je pense que ce n’est pas facile à gérer. Il a une faculté à couper, une certaine forme de sensibilité qui lui fait ignorer la peur. Mais après, il va péter les plombs. Derrière il va y avoir un moment où ça va retomber et il n’est pas préparé à ça. On le sait, c’est le lot des artistes, mais il n’est pas préparé à ça », expliquait Marianne à l’issue du match de l’OM. Toujours plus pour un ado de 15 ans.