Success story : Gambi, le phénomène rap de la rentrée

RAP Le phénomène rap de la rentrée apparaît dans un nouveau clip, en feat avec TK

C.W.

— 

Le rappeur Gambi dans le clip «Popopop».
Le rappeur Gambi dans le clip «Popopop». — Capture d'écran
  • Gambi, le phénomène rap de la rentrée, apparaît dans le clip « Stevez » avec TK.
  • Depuis cet été, le jeune rappeur de Fontenay-sous-Bois (Val-de-Marne), encore inconnu il y a quelques mois, explose les compteurs sur YouTube et sur les plateformes de streaming.

Bye bye les Niska, Ninho et autres Koba LaD, le succès porte désormais un nouveau nom : Gambi. Depuis cet été, le rappeur de Fontenay-sous-Bois (Val-de-Marne) affole les compteurs des réseaux sociaux et des plateformes de streaming, et frôle notamment les 100 millions de vues cumulées sur YouTube. Dernier exemple en date, le clip d’un feat avec TK, Stevez, mis en ligne jeudi, dépasse en moins de 24 heures les 400.000 vues, et est numéro 1 des tendances.

Et alors ? Si les belles histoires jalonnent régulièrement l’industrie musicale, des success story comme ça, ça ne court tout de même pas les rues. Et l’engouement pour Gambi est d’autant plus notable qu’il y a cinq mois à peine son blaze était loin d’être connu.

Des millions et des millions de vues

Pour le grand (et relativement jeune) public, la mayonnaise a commencé à prendre l’été dernier. S’il avait déjà posté une série de freestyles sur YouTube il y a un an, c’est bel et bien ses titres estivaux La Guenav, Oulalah et Eh oh, qui ont permis à Gambi d’accéder à une certaine notoriété. Et ici les chiffres sont plus que parlants. Si les deux premiers atteignent respectivement les 12 millions et 4.5 millions de vues, le troisième -dans lequel il se met en scène sur un kart, référence au jeu vidéo Mario Kart- atteint aujourd’hui les 46 millions et a été certifié single d’or.

Mais ce n’est rien comparé à la déferlante Popopop. Mis en ligne le 4 octobre, le titre a réalisé le 9e meilleur démarrage mondial de la journée sur Spotify, s’est classé par la suite à la 123e place des titres les plus écoutés au monde, et en tête du Top 200 Spotify France, comme l’expliquait alors le site Booska-p. Ce vendredi, il figure toujours en tête du classement France de la plateforme de streaming, détrônant ainsi les boss du rap game français actuel, cités plus haut. Quant à son clip, dévoilé le même jour, il cumule actuellement plus de 32 millions de vues sur YouTube, ce qui est plutôt solide.

Une étoile filante ?

Et artistiquement, ça donne quoi ? Un son mêlant trap, latino, mélodies orientales, mais surtout un flow saccadé, rugueux, reconnaissable entre tous. Sans oublier un goût notable pour la rigolade et un sourire accroché au visage. Une image de déconneur que le rappeur du quartier de La Redoute à Fontenay-sous-Bois, développe sur les réseaux sociaux, Snapchat ou Instagram.

Des mises en scène qui ont permis au rappeur de fonder une belle communauté de followers (près de 800.000 sur Insta), qui commentent et relaient en masse ses faits et gestes. Une image jeune et décalée qui a également séduit le redoutable univers de la mode puisque en septembre dernier, Gambi a défilé pour la marque Afterhomework lors de la semaine de la mode, et a même eu les honneurs du magazine Vogue.

View this post on Instagram

mdr la fashion week j’passe sur vogue 😆🕺

A post shared by gambi (@gambinojetski) on

Et après ? Reste à savoir si le rappeur réussira à imposer sa place dans la longueur. Signé sur le label Rec. 118 (Warner), l’ancien livreur de sushis prépare probablement la sortie d’un premier album, très (très) attendu au tournant. Mais arrivera-t-il à faire plus fort et à placer la barre encore plus haut ? Une légère pression pèse sur Gambi, non ?