Prix Goncourt : Combien rapporte le plus prestigieux des prix littéraires francophones ?

DES CHIFFRES ET DES LETTRES Le prix Goncourt apporte gloire et reconnaissance mais aussi envolée des ventes

Laura Klein

— 

Jean-Paul Dubois a reçu le prix Goncourt le 4 novembre 2019
Jean-Paul Dubois a reçu le prix Goncourt le 4 novembre 2019 — Thibault Camus/AP/SIPA

Ce lundi à 13 heures, Jean-Paul Dubois n’a pas seulement gagné le prix Goncourt, il a aussi remporté le droit de figurer en bonne place dans le palmarès des ventes pour plusieurs semaines. L'auteur, qui se voit couronné pour son roman Tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon, est un ancien reporter toulousain de 69 ans qui explique souvent s’être mis à la littérature pour s’offrir un bien inestimable à ses yeux : du temps libre. Or si la reconnaissance ultime accordée par les membres de l’académie Goncourt présidée par Bernard ​Pivot le contraint à participer à un fastueux déjeuner chez Drouant, la suite devrait lui convenir.

Jean-Paul Dubois ne recevra qu’un chèque symbolique de 10 euros, qu’il vaut mieux encadrer plutôt qu’encaisser selon l’un des jurys Tahar Ben Jalloun. Les ventes de son livre vont, elles, surfer sur une vague dorée. Si celles-ci suivent la courbe de ses prédécesseurs, Tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon va voir ses ventes multipliées par quatre. « Il va gagner beaucoup, beaucoup d’argent » résume Bernard Pivot dans le Journal du dimanche.

Le lauréat 2018, Nicolas Mathieu, a vu son roman conserver la quatrième position des ventes près d’un an après la remise du prix. Leurs enfants après eux qui s’était écoulé à 15.000 exemplaires avant le Goncourt a finalement atteint les 375.000 exemplaires vendus en février 2019.

Le Goncourt lycéens va-t-il détrôner son grand frère ?

Si le prix Goncourt est le plus prestigieux en termes d’image et de vente, son cadet le Goncourt des lycéens le menace sérieusement. Décerné par un jury constitué de près de 2.000 élèves depuis 1988, il est devenu ces dernières années l’un des plus prescripteurs. Là où le prix Goncourt assure des ventes à hauteur de 50.000 exemplaires hebdomadaires en moyenne, le Goncourt des lycéens en promet déjà 40.000.

Organisée par la Fnac et le ministère de l’Education nationale, la 33e cérémonie aura lieu le 14 novembre prochain. Quatorze romans en lice dont Les choses humaines de Karine Tuil, le roman de Jean-Paul Dubois tout juste primé ou encore Soif d’Amélie Nothomb, qui figurait parmi les quatre finalistes du « vrai » Goncourt. Dans un monde de l’édition en crise, avec des ventes qui reculent de  2,3% en tendance annuelle, les jurés du Goncourt des lycéens ont une grande responsabilité dans la vie des romans.