VIDEO. Affaire Weinstein: Pressions, espions, faux journaliste... Les révélations du livre de Roman Farrow «Les faire taire»

METOO Alors que le mouvement #MeToo fête ses deux ans, Ronan Farrow, le journaliste par qui le scandale Weinstein est arrivé, revient sur les coulisses d'une affaire aux allures de roman d'espionnage dans un livre publié ce mercredi

V. J.

— 

Le journaliste Ronan Farrow sort le livre «Les faire taire» sur les dessous de l'affaire Weinstein
Le journaliste Ronan Farrow sort le livre «Les faire taire» sur les dessous de l'affaire Weinstein — Robert Deutsch-USA TODAY/Sipa US/SIPA

La scène se déroule dans un restaurant ouzbek de New York. Roman Khaykin, un Russe, et Igor Ostrovskiy, un Ukrainien, discutent d’une prochaine collaboration. Ils travaillent tous deux dans le secteur de la filature, et ont déjà bossé ensemble, mais Ostrovskiy n’aime pas les méthodes limites de Khaykin. Sauf que l’Ukranien a besoin de travail, et que le Russe a un nouveau client obscur, une entreprise dont il taira le nom. La scène pourrait être tirée d’un Mission : Impossible ou un Jason Bourne, mais il s’agit de la réalité, et le « nouveau client obscur » est Harvey Weinstein, qui s'est payé les services de Black Cube, l'« entreprise dont il taira le nom » fondée par d’anciens agents secrets du Mossad.

Ce n’est pas un hasard si Ronan Farrow ouvre son livre Les faire taire, disponible depuis ce mercredi aux éditions Calmann Lévy, sur cette rencontre bigger than fiction. Elle rend compte des coulisses extraordinaires d’une affaire non moins extraordinaire, l’affaire Weinstein qui a participé à la libération de la parole des victimes du producteur de cinéma et à lancer les mouvements #MeToo et #Balancetonporc. Si dans son enquête par laquelle le scandale a éclaté – et qui lui a valu le Prix Pulitzer –, Ronan Farrow faisait état d’agressions et viols et donnait la parole aux victimes, dans son livre Les faire taire, il revient sur les mécanismes, espions et millions de dollars utilisés pour étouffer l’affaire. En vain.

Comment la chaîne NBC a enterré l’enquête

Avant d’être publiée par le New Yorker, l’enquête de Ronan Farrow est prévue pour la chaîne NBC, avec laquelle il est sous contrat. Une grande partie de Les faire taire est ainsi consacrée à retracer comment un reportage sur le côté obscur de Hollywood (tricherie aux Oscars, promotions canapé, influence chinoise sur les blockbusters…) l’a amené à l’affaire Weinstein, et surtout comment le network a plié sous la pression. C’est un véritable bras de fer, ou guerre psychologique, auquel le journaliste s’est livré avec les exécutifs de la chaîne, et plus particulièrement avec son chef à NBC News, Noah Oppenheim, et avec le présentateur vedette Matt Lauer.

Ce dernier sera licencié après plusieurs accusations d’agressions sexuelles fin 2017, et Ronan Farrow écrit que Weinstein était au courant et s’en est servi pour faire pression sur la chaîne et enterrer l’enquête : « Il était triomphal, rapporte un proche collaborateur, cadre chez la Weinstein Company. Il n’arrêtait pas de nous lancer : "Je les ai forcés à enterrer cette enquête, putain, je suis le seul à pouvoir faire ça." »

Comment Weinstein a fait appel à une agence d’espions

Black Cube. Rien que le nom semble tout droit sorti d’un mauvais thriller d’espionnage. Un an avant la publicaton des enquêtes du New York Times et du New Yorker, Harvey Weinstein sait qu’il est dans le viseur de journalistes et signe un contrat à plusieurs millions avec Black Cube, agence privée de renseignements fondée par d’anciens agents israéliens. Son rôle sera multiple, qu’il s’agisse de « surveiller » Ronan Farrow ou de discréditer les femmes qui l’accusent.

Selon Ronan Farrow, l’agence a même été jusqu’à faire passer une espionne pour une féministe afin de gagner la confiance de Rose McGowan et d’obtenir des informations. Mais le plus surprenant est peut-être le cas de Seth Freedman, vrai collaborateur du quotidien britannique The Guardian (quand même) mais faux journaliste pour le compte de Black Cube, et donc Weinstein, là encore pour réunir des éléments à charge contre les victimes. A l’occasion de la sortie de son livre, Ronan Farrow revient plus en détail et profondeur sur Black Cube dans une série de chroniques publiées sur le New Yorker.

Comment l’affaire Weinstein en cache d’autres

Kevin Spacey, Jeffrey Tambor, Bryan Singer, John Lasseter, Brett Ratner… D’autres affaires de harcèlement, d’agression et de viol ont éclaté au grand jour à la suite des révélations de Ronan Farrow sur Harvey Weinstein. Le président des Etats-Unis lui-même, Donald Trump, a été accusé d’agressions sexuelles et de viol. Les faire taire revient sur plusieurs témoignages de femmes, dont l’un lie le président à Jeffrey Epstein.

« Elle prétendait qu’en 1994, alors qu’elle avait 13 ans et qu’elle venait d’arriver à New York pour travailler en tant que mannequin, on lui avait proposé de la payer pour assister à des fêtes organisées par Jeffrey Epstein, l’investisseur milliardaire, où Trump était présent, peut-on lire. De terribles allégations de violences sexuelles s’ensuivaient : elle et d’autres mineures avaient été forcées d’avoir des rapports sexuels avec Trump et Epstein, culminant par une “attaque brutale” de Trump ; le document précisait que Trump avait violemment menacé la plaignante et sa famille si elle prenait la parole ; d’après ce document, Trump et Epstein savaient que les filles étaient mineures », écrit Ronan Farrow. Accusé de « trafic sexuel » et en attente de son procès, Jeffrey Epstein s’est suicidé en prison l’été dernier.