Jacques Attali annule sa venue sur CNews directement sur Twitter

LAPIN Jean-Pierre Elkabbach avait annoncé la venue de Jacques Attali dans son émission de jeudi

L. B.

— 

Jacques Attali, économiste, écrivain et haut fonctionnaire francais.
Jacques Attali, économiste, écrivain et haut fonctionnaire francais. — BALTEL/SIPA

Lapidaire. Jacques Attali a annulé sa venue sur CNews en répondant à un tweet de Jean-Pierre Elkabbach sur Twitter ce mercredi. « Non, malheureusement : je ne viendrai plus sur CNews, pour le moment », a écrit l’économiste et écrivain alors que le journaliste annonçait son interview dans son émission de jeudi.

« Le voile, la radicalisation, l’intégration… Les musulmans coincés entre la loi de la République et la loi de Dieu. Les racines des conflits actuels… Jacques Attali, mon invité demain, vient présenter L’Année des dupes Alger 1943 sur CNEWS à 8h15 ». Cette annulation serait une réaction à l’arrivée polémique d’Eric Zemmour sur la même chaîne.

« Nous avions discuté ce matin des thèmes que nous souhaitions aborder et j’ai découvert qu’il annulait sa venue sur Twitter, ce qu’il m’a confirmé par un message personnel, a expliqué Jean-Pierre Elkabbach à 20 Minutes. Ce dernier précise que Jacques Attali est un ami de très longue date et qu’il reste un ami. Il souhaitait l’interviewer à l’occasion de la parution de son ouvrage « passionnant ».

Zemmour recruté sur CNews

CNews a décidé de recruter Eric Zemmour malgré l’intense controverse déclenchée par son discours très virulent sur l’islam et l’immigration prononcé fin septembre à la « convention de la droite ». C’est un retour aux sources pour l’écrivain et polémiste qui avait déjà participé à une émission de débat sur iTELE (ancien nom de CNews) de 2003 à 2014, arrêtée après une polémique sur des propos anti-musulmans publiés dans le journal italien Corriere della Sera.

Dans un communiqué publié mardi, la Société des journalistes (SDJ) de Canal+ a critiqué à son tour le retour d'Eric Zemmour sur une chaîne du groupe. Se disant solidaire de la Société des rédacteurs de CNews qui avait déjà protesté vendredi, elle s’est inquiétée des « retombées négatives de cette arrivée sur l’image du groupe et de ses journalistes » et a demandé l’arrêt de cette collaboration.