Donald Trump a (encore) utilisé « Purple Rain » de Prince en meeting alors qu’il n’a pas le droit

DROIT D'AUTEUR Le président américain s'était vu interdire l'utilisation des chansons du Kid de Minneapolis il y a un an

M.L.

— 

Prince est décédé en 2016.
Prince est décédé en 2016. — WAAA/ZDS/WENN.COM/SIPA

Donald Trump s’est encore fait taper sur les doigts par les ayants droit de Prince pour son utilisation d’une chanson de l’artiste légendaire. Le président des Etats-Unis a diffusé Purple Rain pendant un meeting de campagne ce jeudi à Minneapolis, la ville d’origine du musicien.

Or, il n’en avait pas le droit : un accord de 2018 avec les ayants droit établit en effet que le président ne peut pas utiliser les chansons de Prince pour les événements de ses campagnes.

Prince, Rihanna ou les Rolling Stones

« Le "Prince Estate" [les ayants droit du chanteur, principalement ses demi-frères et sœur, N.D.L.R.] ne donnera jamais la permission au président Trump d’utiliser les chansons de Prince », a déclaré le compte officiel de Prince sur Twitter. Au tweet est jointe une lettre de l’avocat de Donald Trump, datée du 15 octobre 2018, dans laquelle le conseil acceptait la requête des ayants droit.

Ceux-ci avaient déjà protesté après que l’équipe de Trump a utilisé Purple Rain à plusieurs événements de la campagne des mid-terms en 2018. Omarr Baker, le demi-frère de Prince Rogers Nelson, était ainsi intervenu sur Twitter ; il a d’ailleurs retweeté ce vendredi son propre tweet de 2018 sur la question. De Rihanna aux Rolling Stones, en passant par Adele, Neil Young ou la famille de Luciano Pavarotti, plusieurs artistes ont refusé publiquement que leur musique soit utilisée dans les meetings de Donald Trump ou d’autres politiciens républicains.