« Sorry for your loss » : Pourquoi il ne faut pas passer à côté de la série Facebook sur le deuil

SERIE Cette série a ému les internautes avec son portrait réaliste de la vie après la perte d'un proche

Anaïs Bordages

— 

Elizabeth Olsen et Kelly Marie Tran dans « Sorry for your loss »
Elizabeth Olsen et Kelly Marie Tran dans « Sorry for your loss » — Facebook Watch
  • Sorry for your loss vient d'entamer sa deuxième saison sur Facebook Watch.
  • Cette série offre un portrait saisissant et très réaliste de la vie après la perte d'un proche.
  • De nombreux internautes ayant vécu un deuil disent s'être reconnus dans la série.

Elle vient tout juste d’entamer sa deuxième saison, mais continue de passer inaperçue dans l’offre toujours plus démentielle des séries télé : il s’agit de Sorry for your loss, un superbe drame diffusé gratuitement sur Facebook Watch (pas besoin d’abonnement, il suffit d’avoir un compte Facebook). Lancée en 2017, la plateforme produit et diffuse des dizaines de programmes, allant du drame à la téléréalité en passant par l’animation… sans pour autant recueillir le même succès critique que les créations de  ses concurrentes Amazon Prime Video, Hulu ou Netflix. Sorry for your loss, créée par la dramaturge Kit Steinkellner, mérite pourtant toute votre attention.

Une série réaliste sur le deuil

La série met en scène Elizabeth Olsen dans le rôle de Leigh, une jeune femme qui vient de perdre son mari, Matt, de manière brutale et inattendue. En plein deuil, Leigh est retournée vivre avec sa mère et sa sœur lorsque la série commence, et tente de retrouver un semblant de normalité malgré sa douleur. Si de nombreux programmes ont abordé la question du deuil, de manière métaphorique (The Leftovers) ou sensationnaliste (13 Reasons Why), Sorry for your loss, elle, a une approche résolument réaliste.

Avec une attention remarquable aux détails, la série retranscrit les petits moments du quotidien de Leigh : les séances de thérapie, l’attachement aux meubles et aux objets qu’elle partageait avec Matt, le premier anniversaire ou le premier Noël sans lui… Mais c’est aussi une étude très fine des émotions complexes associées au deuil : la culpabilité, la colère que l’héroïne n’arrive pas à gérer, ou encore la volonté presque absurde de hiérarchiser sa souffrance, de crier haut et fort que son deuil est plus important que celui des autres. Dans une scène particulièrement brutale, Leigh se dispute avec le frère de Matt, qui finit par lui dire « tu pourras toujours trouver un autre mari, mais moi je ne trouverai pas un nouveau frère. »

Inutile de le cacher, Sorry for your loss est une série souvent dure et éprouvante (on vous rassure, elle contient aussi beaucoup de moments drôles). Mais ce sont ces scènes douloureuses, superbement écrites et incarnées, qui rendent le programme si touchant pour beaucoup d’internautes.

Un espace d’échange dans les commentaires

La série étant diffusée sur Facebook, elle apparaît comme un post du réseau social, avec ses réactions, ses likes, et ses commentaires. En plus de voir en direct les audiences de la série (plus de 12 millions de visionnages pour le pilote), on peut donc mesurer l’impact qu’elle a sur son public. Dans des commentaires parfois très longs, de nombreuses personnes ayant perdu un époux ou un parent, témoignent. Même si les circonstances particulières varient, la plupart disent s’être reconnues dans la série.

Une internaute écrit ainsi : « J’ai perdu mon mari il y a un an. Cette série détaille parfaitement toutes les émotions et les pensées que j’ai eues et qui m’ont donné l’impression que j’étais peut-être folle. » Une autre : « J’ai perdu mon mari il y a quatre mois et je n’arrive pas à toucher ses affaires, sa brosse à dents est toujours dans le verre de la salle de bains. » Sous l’épisode 5, qui évoque la dépression de Matt, on peut aussi lire ce témoignage : « C’est la meilleure représentation de la dépression que j’ai jamais vue, et de loin. (…) Ça fait du bien de sentir que je ne suis pas la seule à vivre ça. »

En réponse, d’autres internautes partagent leurs condoléances ou leurs conseils, et les modérateurs de la page offrent des ressources pour les personnes souffrant de dépression ou ayant vécu la perte d’un proche. Les commentaires se transforment ainsi en espace d’échange, de soutien, et presque de thérapie. Un groupe Facebook a même été créé pour discuter de la série et des thèmes qu’elle aborde, notamment le deuil et la santé mentale. Il compte plus de 20.000 membres, qui partagent des témoignages, des photos de leurs proches, ou des expériences liées à leur deuil.

Un sentiment universel

Bien sûr, il n’est pas nécessaire d’avoir connu un deuil pour apprécier la série, qui malgré sa spécificité, montre très bien à quel point la perte est un sentiment universel. Si Leigh est la figure centrale de l’intrigue, la série prend le temps de développer tous les autres personnages, ce qui l’empêche de devenir trop déprimante ou répétitive. Matt a beau être décédé avant le début de la série, il est présenté comme un personnage à part entière, grâce à des flashbacks bouleversants qui montrent sa relation avec Leigh et sa famille, mais aussi son combat contre la dépression et ses aspirations professionnelles.

Dans la saison 2, Sorry for your loss développe aussi les angoisses d’Amy, la mère de Leigh, encore déboussolée par son divorce et son identité de mère célibataire. La sœur de Leigh, Jules (Kelly Marie Tran), a également droit à sa propre intrigue : adoptée, elle n’a jamais connu ses parents biologiques, et a arrêté de boire depuis la mort de Matt. La série montre ainsi avec brio que la perte et le traumatisme revêtent de nombreuses formes, et que chacune d’entre elles mérite notre empathie.