Philippe Tome, co-créateur du « Petit Spirou », est décédé à l’âge de 62 ans

DISPARITION Le scénariste belge avait notamment animé la bande dessinée « Spirou et Fantasio » de 1982 à 1998

C.W.

— 

Image extraite d'une exposition consacrée à Spirou à Angoulême en 2013.
Image extraite d'une exposition consacrée à Spirou à Angoulême en 2013. — MEHDI FEDOUACH / AFP

Le scénariste belge Philippe Tome, Philippe Vandevelde de son vrai nom, co-créateur du Petit Spirou, est décédé à l’âge de 62 ans. « Il laisse un vide irremplaçable dans la famille Dupuis, a écrit son éditeur  dans un communiqué. Encore sous le coup de l’émotion, nous sommes immensément tristes. Nos pensées vont évidemment vers sa maman, Cécile, Zoé, Noam, Bernard. Et vers Janry, son ami de toujours. »

« Personnage attachant, charmant et déterminé à défendre ses idées »

Après des études à la célèbre Ecole Nationale Supérieure des Arts Visuels de la Cambre, Philippe Tome et son ami dessinateur Janry intègrent les éditions Dupuis, où ils sont choisis pour reprendre les aventures de Spirou et Fantasio. Ils seront d’ailleurs amenés à animer cette bande dessinée, de 1982 à 1998. Cinq ans après leur arrivée chez Dupuis, en 1987, le duo a pour idée d’imaginer l’enfance de ce personnage et crée ainsi les histoires du Petit Spirou. Comme l’explique le site de France Info, Philippe Tome a conçu graphiquement plusieurs personnages de la série comme Monsieur Mégot (le prof de sport) et l’Abbé Langelusse. Au total, Tome et Janry ont donné vie à une trentaine d’albums autour du célèbre groom. Un travail récompensé par plusieurs Alph-Art au Festival International de la bande dessinée d’Angoulême.

En parallèle, le scénariste crée également la bande dessinée Soda avec Luc Warnant (puis Bruno Gazotti), l’histoire d’un policier new-yorkais qui pour ne pas effrayer sa mère, se fait passer pour un paisible pasteur.

« Personnage attachant, charmant et déterminé à défendre ses idées, il aimait le débat, il se passionnait pour l’actualité qu’il aimait décortiquer pour mieux la comprendre et l’aborder dans ses créations », écrit Dupuis dans son communiqué.